“Regards fascinants” en clairière

En arrivant dans les clairières, je constatais un grand espace vert encerclé par de hauts arbres et disposant de tables et chaises pour le public du zoo. Ce lieu reculé se composait de quelques rochers installés pour permettre aux visiteurs de s’asseoir, s’adosser ou même grimper.

En entrant dans cet espace, je me trouvais face à une exposition de portraits d’animaux. A gauche, un camion-restaurant proposait de la nourriture à ceux qui n’apportent pas de repas, et entre les deux, des serres gardant quelques plantes sud-américaines au chaud. Quant à la droite de l’exposition et en cherchant bien, il me fut possible de tomber sur un petit chalet rempli de squelettes, de figures et d’animaux empaillés ou conservés, venant des réserves du Muséum National d’Histoire Naturelle. Non loin de là, un chemin me fit découvrir la vie des oiseaux et insectes du quotidien occidental. Je pus y entendre le chant des oiseaux aux cimes des arbres et observer les êtres vivants qui s’y trouvaient.

Ces clairières regroupent également des parcours pour adultes et enfants. L’un fut nommé le parcours « Pieds Nus » et excuse les visiteurs qui enlèvent ses chaussures pour gambader sur un chemin à la recherche de sensations du toucher. L’autre, le parcours « ludique », est constitué de petits jeux permettant aux enfants d’en apprendre davantage sur la faune française.

L’exposition “Regard(s) fascinant(s)” fut installée temporairement dans le zoo, dans le but de sensibiliser les futures générations aux changements climatiques qui pourraient mener un grand nombre d’espèces vivantes au déclin. Les photographies composant le tronc de cette structure furent prises par Tim Flach d’une manière bien précise : le regard joue un rôle essentiel dans la sensibilisation des visiteurs qui se retrouvent face à face avec les différents animaux représentés. Au-dessus de chaque portrait, un texte explicatif offre aux intéressés quelques informations sur l’animal en question. En levant ma tête plus haut encore, je pus mieux voir les poutres en forme de branches qui confirmaient la finalisation de cette structure arborescente.

Tous ces éléments permettent aux humains de s’arrêter quelques instants pour se rafraîchir dans un lieu à l’apparence plus familière. En effet, les différents parcours mettent en relief les animaux et plantes que l’on peut retrouver en France, hors du zoo. Au premier abord, cet endroit peut paraître anodin, alors qu’il s’y trouve une faune et une flore variées, ainsi qu’une forte activité de l’humain que l’on peut observer individuellement, en groupe et en relation avec l’animal.

© Helena Woods

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.