Immersion dans le vivarium européen

Lorsque l’on entre dans le sas qui précède le vivarium à proprement parler, on est d’abord frappé par la rupture avec le monde extérieur. Un plafond bas, une pièce sombre, quelques lampes à néon, des extincteurs. Des portes opaques libellés « accès réservé au personnel » nous entourent, tandis que celle, transparente, qui donne accès aux animaux se trouve face à nous. Pas de silence, pourtant. La soufflerie installée dans une pièce attenante ronronne régulièrement. Le lino gris – et humide à cette saison – crisse sous le plastique des baskets. A quelques occasions des murmures d’adultes et des cris d’enfants retentissent depuis l’autre côté de la porte vitrée. En s’approchant d’eux, on entend de moins en moins la soufflerie sans que celle-ci ne s’efface jamais tout à fait. On pénètre ainsi dans un long corridor, parsemé de renfoncements où se trouvent les animaux. Cistudes, gardons, tortues, sonneur à ventre jaune, grenouilles et face à la sortie de la « Blob Zone », les trois types de serpents européens. Les vipères aspic et la couleuvre à échelons occupent le même « renfoncement », leurs vitres sont perpendiculaires l’une à l’autre. Plus à gauche, l’espace des deux vipères ammodytes bénéficie de deux vitres sur ses deux parois, ce qui assure une visibilité presque totale. Pour autant, l’abondant feuillage qui constitue l’habitat des serpents leur permet d’échapper aux regards. Je m’installe face à eux pour les observer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.