L’herbe est-elle plus verte chez les rhinocéros ?

Le premier jour de stage, j’avais observé les personnes se trouvant dans la file d’attente avant l’ouverture du Parc. En ce JOUR 4 de stage, j’ai donc décidé d’appliquer le concept d’attente des humains devant un enclos animal d’abord à l’enclos des rhinocéros, puis à celui des Poudous, ensuite aux otaries, et enfin à celui des flamants roses. J’ai commencé à me promener dans le parc en n’ayant aucune idée de quoi observer, puis, je suis arrivée devant l’enclos nord des rhinocéros et je les ai vu me faire tous les deux dos, me présentant leur postérieur (ils mangeaient). J’eus alors l’idée de m’arrêter devant et de commencer mon observation, car ils étaient très facilement visibles en entier, mais tournaient le dos. J’ai trouvé cela alors intéressant d’observer cette “attente de retournement” chez les visiteurs, car il y avait cette ambivalence entre la joie de les apercevoir de si près, mais de dos.

Je suis donc arrivée devant l’enclos des rhinocéros où il n’y avait personne. Un banc était disposé sur ma gauche, donnant vue sur l’enclos de façon large et permettait d’entendre les discussions des curieux qui étaient près de moi. J’ai décidé premièrement de ne pas m’installer sur ce banc et de me tenir debout, en plein milieu de la rambarde, les coudes posés sur celle-ci pour me mêler à la foule prochaine. Je ne voulais pas qu’on me remarque, qu’on me trouve suspecte de quelque chose que ce soit. Dès que des visiteurs arrivaient, j’enclenchais mon magnétophone que je glissais dans ma poche, ainsi, j’avais les mains libres pour écrire sur mon carnet de terrain.

A 11H21, une mère et son fils s’approchent de l’enclos nord des rhinocéros :

Fils :”C’est dommage qu’ils aient pas mis le foin là-devant!

Mère :”On va peut-être repasser devant une fois qu’ils ont fini de manger.” Elle les observe en silence. Le fils fait quelques commentaires et à 11H22 42, soit 1min30 plus tard, la mère dit :”Bon, on reviendra quand ils auront fini de manger ?” et le fils de lui répondre par l’affirmative.

Quelques secondes plus tard, à 11H23 51”, un monsieur arrive, fait une photo et puis s’en va directement après.

Une femme le précède et dit, avec une pointe de déception et de surprise dans la voix, :”Hein, c’est toujours leurs fesses, hein!” et rit.

Quelques secondes plus tard, à 11H25 53”, un père et ses enfants se tiennent devant l’enclos. Le père demande à ses enfants “Qu’est-ce qu’on voit là?

A 11H26 30”, l’un des rhinocéros se retourne. Un “Ohhhh!” joyeux parcourt le petit groupe de gens qui s’étaient amassés entre-temps.

Je suis partie à ce moment-là, ne voyant que faire de mes observations. Je décidai d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs.

  • Enclos sud des rhinocéros

Déambulant sur quelques mètres, je me suis décidai à persévérer avec les rhinocéros et décidai de rejoindre le côté sud de l’enclos, qui en permettait une vue dégagée (cfr photo ci-dessus) et en hauteur. Je décidai cette fois-ci de me mettre en retrait des visiteurs, afin d’observer la dynamique de la foule, et en dégager peut-être certains individus particuliers. Un cri soudain m’arracha de mes pensées : je vis une grand-mère crier : “Alice, viens voir le rhinocéros!” et la petite fille une dizaine de mètres plus loin, vraisemblablement en colère, lui répondre en pleurant-criant :”Je l’ai déjà vu !!!” Le grand-père qui se trouvait à côté de son épouse lui dit alors calmement :”Je vais m’occuper d’elle, on reviendra quand il y aura moins de monde” et en disant cela, alla à la rencontre de sa petite-fille.

Les grands-parents s’étaient rapprochés de leur petite fille et se trouvaient à quelques mètres de l’enclos. La petite-fille se tenait toujours à distance. A 11H35 55”, ils s’exclamèrent “Regarde, il n’y a plus personne ! Allez, tu vas retrouver ta place …“. La petite fille, toujours en colère, cria en râlant “Je les ai déjà vu !!!“. Sa grand-mère lui répondit calmement “Tu es sûre ?” et sa petite fille de lui répondre aux antipodes du calme “Oui !! Je veux voir les singes“. Sa grand-mère lui dit :”Oui, mais viens, il faut voir les rhino !“. Durant cet échange mi houleux mi calme, les grands-parents étaient à côté de la rambarde, prenant des photos, sourire au lèvres. La petite fille, voyant que ses grands-parents ne bougeaient pas d’un pouce – ou devrais-je dire d’une corne – tapait du pied au loin, agitait ses mains de façon vive, haussait la voix. A 11H38 53”, ils se dirigèrent tous les trois vers la suite du Parc, la petite fille, 2 mètres devant ses grands-parents, ayant les bras croisés. A 11H39 53, soit une minute plus tard, les grands-parents s’arrêtent à nouveau devant l’enclos des rhinocéros, et là la petite fille leur crie :”Veneeeeeeeeeez!!” d’un ton plaintif. A 11H40 02”, elle s’est assise et leur crie “Je l’ai vu !!!“. 34 secondes plus tard, elle crie et se plaint. A 11H40 50”, ses grands-parents reviennent vers elle, et là la petite fille leur dit :”Vous êtes méchants !“. La grand-mère lui répond :”On va voir les singes?” et à 11H41 ils partent définitivement.

Je décide, après cet échange riche en émotions, de quitter moi aussi définitivement l’enclos des rhinocéros et de continuer mon chemin à la recherche d’autres évidences informatives sur l’attente.

A 11H42 50”, j’arrive devant l’enclos des poudous en même temps qu’une famille. Je décide de me mettre au milieu de la rembarde. J’aperçois directement en quelques secondes les 3 poudous (ils étaient couleur terre, les 3 éparpillés dans leur enclos, et couchés au sol). A 11H43 10”, soit 30 secondes après leur arrivée, l’un des membres de la famille dit :”Ils sont cachés.” et répète la même phrase quelques secondes plus tard “Ils sont cachés au chaud”. Après cette deuxième phrase, la famille part sans avoir vu les poudous.

A 11H45 18”, un jeune garçon arrive devant l’enclos. Il en fait le tour pour voir ce qu’il y a d’écrit sur la pancarte indicative, voit l’un des poudous à 11H45 36” et le dit à sa famille qui arrive quelques secondes après lui. A 11H47 16”, je pars, ayant vu peu de personnes intéressées par cet enclos (certains visiteurs passaient devant, jetaient deux-trois coups d’œil et, ne les voyant pas, partaient).

 

  • Aquarium otaries – Petits gradins
  • Aquarium otaries – Grand gradins

Vers 12H, j’arrive devant le grand aquarium des otaries. J’aperçois que les deux otaries présentent un mouvement stéréotypé. Il s’est répété au moins une dizaine de fois (j’ai compté chaque “boucle stéréotypée”). Il est annoncé dans un micro qu’à 12H30, il y aura nourrissage des otaries. Je décide donc de rester pour observer l’attente de ce nourrissage. J’aperçois qu’on peut voir l’aquarium des otaries sous un autre angle, beaucoup plus petit que celui où se trouve les grands gradins qui, eux, donnent une vision à 180°. Je décide de m’y rendre me demandant pourquoi les visiteurs iraient attendre là. Je m’installe à mi hauteur des petits gradins pour avoir à la fois une vue et écoute sur les visiteurs et apercevoir les otaries en surface et sous l’eau. J’entends des hésitations et remarques quant au fait de s’arrêter à cet endroit afin d’observer le nourrissage des otaries : “On voit rien du tout” ;”Mets-toi plutôt là” “Décale-toi“; “Si tu veux on va de l’autre côté hein“; “En fait on la voit mieux de l’autre côté“; “Ici on voit rien” dit sur un ton impatient ; “On reste une minute et après on s’en va” dit une mère à son enfant ; “Tu es un peu loin là, tu ne la vois pas” et plus tard “Non mais X (nom d’emprunt) si tu la vois pas là-bas, décale toi ici” dit sur un ton impatient ; “On voit rien c’est tout petit!” ; “Oui, mais là on voit rien” dit une mère à Y( nom d’emprunt) sa fille, “Ah regarde tu vas la voir” dit cette même mère, “Tiens, viens par là tu vas la voir là! Viens ici Y” ; “Ah non je la vois pas” dit une autre fille à sa mère, “Bah là-haut” lui répondit sa mère en haussant un peu la voix ; “Regarde, regarde, regarde K (nom d’emprunt), regarde l’otarie, regarde pas les gens. On est là pour les otaries, on n’est pas là pour les gens” dit une mère à son fils ; “On va aller là-bas en face parce qu’ici on voit pas grand chose” “Viens on va aller là-bas” ; “Regarde, elle est là-bas, après on s’en va” dit une mère à son enfant sur un ton impatient ; “Parce qu’on voit pas bien” dit un enfant sur un ton plaintif ; “Au revoir les otaries. On retourne ?” dit une mère à son enfant. Toutes ces remarques se sont échangées avant et durant le nourrissage des otaries. La plupart des parents installés assis restaient même s’ils ne voyaient pas grand chose. Les parents qui marchaient et arrivaient à l’endroit des gradins évaluaient la situation et partaient plus facilement quand la vue ne leur convenait pas.

De manière générale, ce qui transparaissait dans ce microcosme composé de plusieurs familles et moins d’une dizaine d’enfants en bas âge, c’était une alternance entre un certain calme (en attente d’apercevoir les otaries) de la part des enfants (une grande majorité était collée à la vitre) et des parents, et une légère impatience des deux parties aussi, davantage des parents, mais pour d’autres raisons (un enfant qui n’obéit pas par exemple, un enfant qui court trop vite dans les gradins, etc.)

  • Vue de l’enclos nord des rhinocéros

L’après-midi, je reviens sur mes pas (et mes mots) et me décide à persévérer chez les rhinocéros. Ce fut court, je restai seulement 10 minutes. Ils n’étaient plus en face de la rembarde et difficilement perceptibles, car couchés, lointains et cachés par les arbres (voir flèche rouge). Durant ce lapse de temps, une personne âgée dira 2x “Le rhinocéros c’est vraiment un animal très laid hein…En plus il bouge pas trop”. Puis partit. Une autre dame dira “[Partons] parce qu’au soleil on voit quedal“. Et malheureusement (ou heureusement) pour les visiteurs on pouvait apercevoir les zèbres (qui partagent le même enclos) beaucoup plus souvent et facilement que les rhinocéros, car ceux-ci se mouvaient plus. A un certain moment, un zèbre approche de la rembarde, à quelques mètres des visiteurs, et là, c’est l’excitation des parents qui demandent à leurs enfants s’ils les voient. Un père qui était accroupi près de son enfant en bas âge commence à le décrire puis dit d’un ton satisfait “Allez, on va voir maman, maintenant ?“. Le tout aura duré moins d’une minute. Un monsieur s’approche et dit “On voit les zèbres, mais on voit pas les rhino. Ils sont derrière, là”. Un bébé commence à pleurer, car le zèbre partait, son frère lui dit alors “Dis-lui, dis-lui “Reviens, reviens” !!” et ce même petit bonhomme continue de crier “Reviens, reviens !“.

A un certain moment, l’un des rhinocéros se couche et une grand-mère dit doucement à son petit-fils “Il est très fatigué, il s’est couché, regarde. Tu vois? Là-bas.”

Et son petit-fils de répondre :”Ouais, je viens de le voir“.

Grand-mère: ” Et puis il y a des canards qui montent sur lui, des petits oiseaux

Petit-fils: “Ca on appelle un rhinocéros” .

Grand-mère :”Ouais, mais tu vois, quand on regarde pas bien on croit que c’est un rocher hein. Heureusement qu’il bouge son oreille comme ça on voit que c’est un rhinocéros.

 

Je décidai de partir, car je ne voyais rien de concluant au niveau de l’attente pour les rhinocéros. Je décidai donc de me promener et de voir où le vent allait m’emmener. J’atterris dans la volière et passai plus de 45 minutes à observer l’attente chez les visiteurs pour les différentes espèces d’oiseaux présentes “librement” à l’intérieur, et notamment les flamants roses. Je restai plus de 20 minutes à observer et filmer une “querelle” (mon interprétation, je ne connaissais pas ce comportement) entre différents flamants roses à côté d’un couple de japonais. J’hésitai à leur parler pour leur demander pourquoi ils restaient si longtemps devant les flamants roses, mais ceux-ci parlaient japonais et je n’ai pas osé leur parler en anglais. Les visiteurs ne s’arrêtaient pas, ils se promenaient sur le ponton d’une dizaine de mètres traversant la volière. Certains enfants et adultes exprimaient des cris de joie et d’émerveillement quand ils apercevaient un oiseau voler tout près d’eux.

 

En voulant découvrir où l’herbe était plus verte, je pense m’être légèrement perdue et ç’aurait été plutôt “l’attente de l’attente chez une apprentie anthropologue” qui aurait été à investiguer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.