Photographier au zoo: la photographie ou comment faire ressurgir l’invisible

Le zoo de Vincennes accueille de nombreux visiteurs. Parmi eux des photographes amateurs. J’en ai suivi 2 : Murielle et Théo. Je les ai suivis au gré de leurs déambulations. Ces dernières ne s’effectuent jamais sans leur appareil photo. La photographie est ancrée dans le lieu et dans leurs usages.  Ils ne gagnent pas d’argent avec leurs photos et ne les diffusent pas vraiment. De plus, ils ne les regardent pas, pas après les avoir triées (et mises sur facebook pour Murielle). Or, ils ont investi dans du matériel, ils consacrent beaucoup de temps à leur passion. Elle représente un certain coût économique et temporel. En outre, tous les deux viennent depuis un certain temps, ils doivent avoir pleins de photos similaires. Ainsi je me demande : pourquoi font-ils ça ? Que recherche-t-il à percevoir ? Nous allons nous appuyer sur les parcours et sur les motivations de Murielle et Théo

Murielle fait de la photo depuis des années. Elle a commencé par photographier ses proches et la famille. Puis, elle s’est concentrée sur les animaux mais pour la citer « je fais de tout ».  Elle vient au zoo de Vincennes depuis longtemps, avant les travaux. Depuis qu’elle est retraité, elle a plus de temps pour venir. Elle a ses habitudes et ses connaissances. En effet, elle est connue du personnel du zoo, notamment des soigneurs. Cela lui offre un accès privilégié à des informations sur les animaux. Elle connaît leur nom et sait les reconnaître. Selon elle : « L’intérêt de venir depuis longtemps quand on fait de la photo, quand on voit des naissances, on peut suivre un peu les animaux, suivre leur histoire avec leur naissance et leur décès. On aime bien. On fait pas que des photos pour des photos et on aime bien. On vient pas que pour voir des animaux. Quand on vient souvent et que l’on est habitué. ». Murielle s’intéresse à leur histoire et elle est attaché à eux. Lorsqu’il y a un décès elle est profondément affectée. De plus, elle a ses favoris, ceux auxquelles elle est davantage attachée. C’est eux qu’elle parraine généralement. Lorsqu’elle vient c’est avec une idée en tête, pour observer des choses particulières comme une naissance. Ainsi, elle affirme que sur ses photos : « je prends l’animal, je peux faire des gros plans de la tête, des évènements comme des naissances. Il suffit de rester un petit peu, d’observer puis de prendre en photo. Il faut tomber dessus ». Il y a l’idée d’une traque, d’une patience nécessaire.

Cette idée de traque était présente autant chez Théo que chez Murielle. Quand je les ai suivi, on pouvait rester un certain temps devant un enclos, à attendre. Cette attente peut être récompensé ou non. Selon Théo : « Si l’animal s’en fout et qu’il veut partir il s’en va. Tant pis t’auras pas la photo que tu veux. Et du coup quand tu l’as t’es fier ». Le plaisir se loge dans la difficulté à prendre la photo. Cela amène une émotion plus forte. Il y a l’idée de mérite, d’un accès privilégié. Cet accès est d’autant plus privilégié que l’on est avantagé par ses connaissances. En effet, les habitués finissent par connaître les horaires de nourrissage, ont vent des évènements particuliers, savent quand il y a foule. Cela crée une frontière entre le photographe habitué et le visiteur d’un jour. Ce dernier ne sait pas, il ne sait pas que « Quand on veut vraiment quelques choses on peut parfois patienter 2h. » (Murielle). Il fait des erreurs : Murielle m’a donné l’exemple des lions et de l’un d’eux que l’on « reconnaît au regard parce qu’il n’a plus de crinière. Il ressemble à une lionne mais nous dans le regard on le reconnaît. Les gens ne savent pas l’histoire mais nous on sait. Il a le même regard que bébé ». Les visiteurs occasionnels, occupent et consomment différemment l’espace. C’est sûrement parce qu’il ne recherche pas la même chose, il ne cherche pas à créer de lien comme le fait Murielle. Les animaux sont indistincts, méconnus. Murielle sait les distinguer. Elle connaît leur nom et suit leur histoire. Elle a développé des liens, que ses photographies permettent de rendre visible. Ces dernières sont publiées sur facebook, en livre accès, au même titre que les photos de son chien. C’est comme des photographies familiales. Les photos ne sont pas retouchées, et accompagnées de légendes. En voici quelques-unes :

Adeline, sa filleule
Dernier né Gigogne

On voit donc souvent en légende le nom de l’animal. Il s’agit souvent d’un individu pris en photographie. Les photographies mettent en exergue son affection mais ont également une valeur informative. On est tenu au courant des évènements comme de la naissance du dernier gigogne. En tant qu’amis sur facebook de Murielle on est tenu informé et impliqué. On pourrait penser, qu’elle nous montre et publie ces photos de la même manière que s’il s’agissait d’un neveu qui venait de naître, d’un parent. Murielle investi beaucoup dans le matériel mais l’usage reste amateur, familiale. On peut relever, que le personnel du zoo la connaît, et utilise parfois ses clichés. Il en est de même avec d’autres photographes amateurs. Ils sont plusieurs à être habitué et à se connaître. Ainsi, ils se réunissent parfois avant de se disperser chacun de leur côté. En effet, la prise de photo est exclusivement seule. On partage une expérience individuelle collective. Ils sont reliés par une passion commune, un processus photographique auquel ils sont attachés. En outre, ils se relaient les informations et les évènements sur les animaux. C’est un réseau. Théo n’appartient pas à ce dernier. Nous allons nous pencher sur son parcours.

Théo a 22 ans et travaille en tant cadreur, monteur. Il vient à ce zoo depuis un an. Théo fait exclusivement de la photographie animalière. Il s’intéresse à la faune davantage qu’aux paysages, c’est plus vivant et plus humain. De plus, les animaux du zoo, contrairement aux humains, ne semble pas poser : ils sont pris sur le vif. En outre, il ne prend pas trop d’animaux domestique. Le zoo est son lieu de prédilection. Selon lui, un chien « C’est mignon mais sans plus quoi. C’est moins impressionnant. Je trouve qu’un flamant rose est plus impressionnant qu’un chiant ou qu’un chat. C’est moins accessible enfaite. Avoir de belles photos d’animaux sauvages ». Cela suscite une émotion différente. De plus, les animaux domestiques sont plus accessibles, « on connaît ». En outre, le zoo semble représenter un lieu d’évasion pour Théo, un coin de nature dans la ville. Il lui permet d’accéder à des espèces non domestiquées en attendant de pouvoir photographier des « animaux sauvages » dans leur milieu naturel, « libres ».  Or, Théo retouche ses photos, d’un point de vue lumière et couleurs. Il lui arrive de découper le fond et de le changer sur ces photos. L’idée est de retrouver en fond le milieu naturel afin d’essayer de retrouver cette « liberté ». Dès lors, la photographie est utilisée comme un dispositif pour faire ressurgir une réalité, il y a un bricolage. La photographie est conçue comme un dispositif d’évasion pour l’animal photographier, mais également pour le photographe et le spectateur. Cette impression est renforcée par les plans choisis par Théo. Voici quelques exemples de ses photographies :

On remarque aisément qu’il s’agit essentiellement de portrait. Il zoom sur un individu et sur son visage, son expression. J’y vois un certain anthropomorphisme. Cela permettrait de mieux se projeter dans ce dispositif d’évasion. En outre, la photographie rend acteur de la situation, donne une agentivité. Or, le zoo est un lieu de loisir, un espace où la flore est plus importante que dans la ville. C’est un lieu qui se veut en rupture et en continuité avec la ville, le quotidien. Ces photographies s’intègrent dans cette démarche. Elles impliquent le photographe et les spectateurs dans cette dernière.

En conclusion, Muriel et Théo sont attachés au processus photographique, au lieu. La photographie est un dispositif qui permet de rendre visible, de faire ressurgir l’invisible. Les photos de Murielle mettent en avant le lien qu’elle a avec les animaux photographiés. Elle les connait, elle connaît leur histoire et s’est attaché à eux. Dans le cas de Théo, c’est un dispositif d’évasion, de projection dans un imaginaire rêvé. Il est rendu agent. C’est une rupture avec un quotidien. Par ailleurs, ils font ça par plaisir. Une grande partie de ce dernier réside dans la traque, dans l’attente devant l’enclos. C’est difficile et il faut être patient. En outre, on est avantagé lorsque que l’on connait l’organisation du zoo et les habitudes des animaux.  Cela marque des frontières, entre habitués et non habituées, entre simple visiteur et photographe patient. On mérite ça photo, cela n’est pas pour tout le monde. L’important c’est de voir et cela n’est pas donné à tout le monde. À ce sens, la photographie même amateure, permettrait de revalorisée le photographe.

Bibliographie

Jaworski, Émilie. « Usages et fonctions de la photographie post mortem dans la communauté polonaise du Nord-Pas-de-Calais et en Pologne ». Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques, vol. 132, no 10, 2012, p. 159‑71, https://www.persee.fr/doc/acths_1764-7355_2012_act_132_10_2129.

Roland Barthes, La chambre claire : Note sur la photographie, Paris, Seuil, 1980

C.Gallini. « Cérémonies en images. Albums et cassettes de mariage en Italie », Separatdruck aus dem Schweizerischen Archiv f ür Volkskunde 3-4, 1998 : 211-232.

Antonietti, Thomas, et Frances Trezevant Honegger. « Photographie et pratique ethnographique. L’usage de la photographie en ethnologie valaisanne ». Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, vol. 23, no 2, 1995, p. 37‑55, doi:10.3406/mar.1995.1562.

Peroni, Michel. « Epiphanies photographiques. Sur l’apparition publique des entités collectives ». Réseaux. Communication – Technologie – Société, vol. 17, no 94, 1999, p. 87‑128, doi:10.3406/reso.1999.2141.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.