Immersion dans le vivarium européen

Lorsque l’on entre dans le sas qui précède le vivarium à proprement parler, on est d’abord frappé par la rupture avec le monde extérieur. Un plafond bas, une pièce sombre, quelques lampes à néon, des extincteurs. Des portes opaques libellés « accès réservé au personnel » nous entourent, tandis que celle, transparente, qui donne accès aux animaux se trouve face à nous. Pas de silence, pourtant. La soufflerie installée dans une pièce attenante ronronne régulièrement. Le lino gris – et humide à cette saison – crisse sous le plastique des baskets. A quelques occasions des murmures d’adultes et des cris d’enfants retentissent depuis l’autre côté de la porte vitrée. En s’approchant d’eux, on entend de moins en moins la soufflerie sans que celle-ci ne s’efface jamais tout à fait. On pénètre ainsi dans un long corridor, parsemé de renfoncements où se trouvent les animaux. Cistudes, gardons, tortues, sonneur à ventre jaune, grenouilles et face à la sortie de la « Blob Zone », les trois types de serpents européens. Les vipères aspic et la couleuvre à échelons occupent le même « renfoncement », leurs vitres sont perpendiculaires l’une à l’autre. Plus à gauche, l’espace des deux vipères ammodytes bénéficie de deux vitres sur ses deux parois, ce qui assure une visibilité presque totale. Pour autant, l’abondant feuillage qui constitue l’habitat des serpents leur permet d’échapper aux regards. Je m’installe face à eux pour les observer.

Un babouin mâle

Je me suis essayée à l’analyse de l’activité d’un des trois gros mâles babouins de Nouvelle-Guinée (Papio Papio) du Parc Zoologique de Vincennes. J’ai choisi la méthode dite du « budget-temps », où j’ai répertorié la temporalité des activités de l’individu durant 10 minutes, de 15h11 à 15h21 le mardi 26 octobre 2021. 

Cet individu est plutôt trapu, avec une carrure imposante et une fourrure gonflée autour de la tête. Son pelage marron est agrémenté de reflets argentés sur ses joues, et fonce à l’extrémité des membres. Le bout de sa queue est élimé, ce qui peut être signe d’un comportement de stéréotypie de sa part, mais aussi le désigner comme un dominant et être interprété comme la preuve du respect de ses congénères. Sa démarche est calme et régulière, elle met en valeur les muscles de ses épaules sous son port de tête bien haut. 

Voici le contenu de mon carnet de terrain dans le cadre de cette observation :

15h11 – Fouille le sol. Mange des choses ramassées par terre. Est seul mais une femelle se tient à proximité.

15h13 – Se lève pour continuer à gratter le sol, puis se rassoit et reprend son activité. Femelle le salue en lui présentant son postérieur mais il n’a pas de réaction apparente. 

15h14 – Se déplace sans se lever complétement. 

15h15 – Se lève puis se rassoit 1m plus loin. Regarde autour de lui. Continue de mâchouiller ce qu’il a dans la bouche. Pivote sur lui-même (90°) en restant assis. 

15h16 – Se déplace en soulevant juste un peu ses fesses du sol et en s’appuyant sur ses mains. Continue activité initiale. Une femelle s’assoit à côté mais pas de réaction apparente. Il regarde vers la droite (pas dans le sens de la femelle) puis reprend son activité de recherche dans le sol, porte à sa bouche ce qu’il semble trouver. 

15h18 – Se lève et s’éloigne en tournant le dos à mon poste d’observation. Traverse l’ensemble de l’enclos en longeant le plan d’eau. Assène un coup de postérieur à deux femelles qui se toilettent. 

15h20 – S’est assis sous la vitre où nous observions ce matin avec deux congénères (un petit mâle et une femelle). Une femelle approche sa tête de son visage, il lève sa propre tête pour qu’elle se retrouve au niveau de son cou. Elle s’en va, il se remet à mâchonner. 

15h21 – Se lève et bondit sur le rocher face à lui. Se tient assis, la main posée sur le haut de la patte arrière. Regarde autour de lui, semble balayer l’espace de l’enclos du regard. Une femelle vient le saluer en présentant ses parties génitales, il la renifle puis lui met une petite tape sur le haut des fesses, sans cesser de mâchouiller. 

FIN DE L’OBSERVATION