“Regards fascinants” en clairière

En arrivant dans les clairières, je constatais un grand espace vert encerclé par de hauts arbres et disposant de tables et chaises pour le public du zoo. Ce lieu reculé se composait de quelques rochers installés pour permettre aux visiteurs de s’asseoir, s’adosser ou même grimper.

En entrant dans cet espace, je me trouvais face à une exposition de portraits d’animaux. A gauche, un camion-restaurant proposait de la nourriture à ceux qui n’apportent pas de repas, et entre les deux, des serres gardant quelques plantes sud-américaines au chaud. Quant à la droite de l’exposition et en cherchant bien, il me fut possible de tomber sur un petit chalet rempli de squelettes, de figures et d’animaux empaillés ou conservés, venant des réserves du Muséum National d’Histoire Naturelle. Non loin de là, un chemin me fit découvrir la vie des oiseaux et insectes du quotidien occidental. Je pus y entendre le chant des oiseaux aux cimes des arbres et observer les êtres vivants qui s’y trouvaient.

Ces clairières regroupent également des parcours pour adultes et enfants. L’un fut nommé le parcours « Pieds Nus » et excuse les visiteurs qui enlèvent ses chaussures pour gambader sur un chemin à la recherche de sensations du toucher. L’autre, le parcours « ludique », est constitué de petits jeux permettant aux enfants d’en apprendre davantage sur la faune française.

L’exposition “Regard(s) fascinant(s)” fut installée temporairement dans le zoo, dans le but de sensibiliser les futures générations aux changements climatiques qui pourraient mener un grand nombre d’espèces vivantes au déclin. Les photographies composant le tronc de cette structure furent prises par Tim Flach d’une manière bien précise : le regard joue un rôle essentiel dans la sensibilisation des visiteurs qui se retrouvent face à face avec les différents animaux représentés. Au-dessus de chaque portrait, un texte explicatif offre aux intéressés quelques informations sur l’animal en question. En levant ma tête plus haut encore, je pus mieux voir les poutres en forme de branches qui confirmaient la finalisation de cette structure arborescente.

Tous ces éléments permettent aux humains de s’arrêter quelques instants pour se rafraîchir dans un lieu à l’apparence plus familière. En effet, les différents parcours mettent en relief les animaux et plantes que l’on peut retrouver en France, hors du zoo. Au premier abord, cet endroit peut paraître anodin, alors qu’il s’y trouve une faune et une flore variées, ainsi qu’une forte activité de l’humain que l’on peut observer individuellement, en groupe et en relation avec l’animal.

© Helena Woods

 

Comportements et mimiques

Lors de mon observation au zoo de Vincennes, je me suis intéressée aux différents comportements et mimiques que certains babouins pouvaient avoir entre eux, individuellement ou envers les visiteurs. N’ayant pas fait l’observation budget-temps, j’ai donc regroupé des comportements fréquents au sein du groupe et d’autres plus rares retrouvés seulement chez quelques individus.

 

Le matin :

Après la distribution de la nourriture, les babouins se sont précipités vers les aliments avec des regards vifs allant de droite à gauche et certains se sont assis pour manger en gardant des restes entre leurs jambes, sur le sol.

Un individu s’est mis à ramasser de fines branches du sol, puis a lâché le tas sans le regarder.

Un individu s’est précipité vers un autre individu et lui a touché le bas du dos.

Deux individus ont couru l’un vers l’autre et se sont mordillés la fourrure au niveau du cou.

Il y a eu rapprochement et contact des museaux entre deux babouins.

Un des plus grands mâles était assis, un jeune babouin s’est approché de lui et un autre babouin plus grand s’est précipité entre les deux et a tenu le jeune babouin dans ses bras en l’éloignant du grand mâle.

Un grand mâle se tirait les poils du bras et les sentait ou léchait.

Un individu a gratté un tronc d’arbre avec ses doigts puis ses dents, peut-être pour récupérer des insectes.

Un individu a creusé la terre.

Un grand mâle était assis, un plus petit babouin s’est dirigé vers lui et un troisième s’est mis entre les deux, avec des cris poussés par les deux plus petits babouins, entre eux.

Un grand mâle a regardé quelques fois en direction des visiteurs.

Il y a eu un cri provenant d’un endroit de l’enclos et un des grands mâles s’est précipité dans la direction du cri.

Un individu a mangé de la nourriture se trouvant dans la main d’un autre individu.

 

L’après-midi :

Les individus sont un peu plus regroupés contrairement au matin.

Il y a eu mimique avec claquement de lèvres d’un individu, apparemment dirigé vers un autre individu.

Il y a eu un mouvement de groupe qui s’est formé lorsqu’un des grands mâles s’est mis à marcher. Le mouvement était circulaire et contournait les rochers.

Un individu a fait une mimique de la bouche ouverte vers un adversaire, a poussé un cri, puis l’a poursuivi.

Un grand mâle a effectué une monte avec des mouvements pelviens effectués en deux secondes, puis la femelle montée a donné un toilettage au mâle.

Un grand mâle était assis et a soudainement mis sa tête entre les jambes d’un jeune babouin. L’angle de vue ne permettait pas de voir ce qui se passait précisément.

Il y a eu étreinte entre deux individus à plusieurs reprises.

Il y a eu salutation par agrippement de la partie génitale, présentation ano-génitale ou de la queue, notamment de la part des femelles envers un des grands mâles.

Un babouin à la fourrure abîmée a souvent poussé des cris et se faisait régulièrement poursuivre par un autre individu.

Un individu a fait un mouvement des sourcils (brow raise) en regardant dans ma direction.

Il y a eu un aboiement, puis plusieurs aboiement, et finalement tous les individus se sont positionnés en hauteur (arbres, rochers).

Un grand mâle a fait un secouement de la tête et peut-être aussi un tressaillement (shoulder bob).

 

Comportements similaires le matin et l’après-midi :

Plusieurs individus se sont touchés les parties génitales et masturbés.

Quelques individus ont penché la tête en avant pour boire l’eau d’une flaque, en positionnant la partie ano-génitale vers le ciel.

Certains individus ont balayé les cailloux à la recherche de nourriture.

Un individu a léché les parties génitales d’un autre babouin, comportement considéré comme une salutation.

Il y a eu toilettage social entre plusieurs individus répartis en groupes de deux ou plus.