Bienvenue à la clinique vétérinaire

Extrait de carnet

Flânant dans le parc zoologique de Paris, j´avance en direction de l’enclos des girafes. Je m’y arrête quelques minutes, les observe puis continue ma promenade. Quelques mètres plus loin sur la droite, j’aperçois un sentier dissimulé à travers la végétation. Cherchant à découvrir un maximum le zoo, et attisant ma curiosité, je décide de m’engager sur ce chemin entouré d’une flore diverse et variée. J´avance le long de cette route pendant quelques mètres. Je suis seule, je ne croise personne, seul le bruit du vents et les chants des oiseaux m´accompagnent dans mon aventure . Au bout d’une dizaine de mètres, je tombe nez à nez avec un imposant  bâtiments en bois ouvert sur le chemin par deux grandes portes doubles. L’endroit est calme et vide. Toujours personne a l’horizon. L’extérieur du bâtiment est assez terne. L’humidité, le vent et le lourd silence rend le lieu assez glaçant. L’endroit est assez peu accueillant voir même repoussant.

Image 1 : Photographie de l’extérieur de la Clinique Vétérinaire du Zoo de Paris

Je me décide et entre. À l’intérieur de ce bâtiment, l’atmosphère est assez triste et pesante. Les murs sont tous recouverts de peinture noire, aucune décorations, aucune couleurs n’apportent une touche de chaleur. Lorsqu’on entre, notre attention est directement retenue par une musique angoissante qui rend l’ambiance presque effrayante. Elle est rythmée par des bruits de timbales, la mélodie est basée sur des répétitions, des bruits étranges et soudains. Mélangé à cela, le bruit du vent qui tape sur les portes et fait échos dans la pièce, ce qui la rend encore plus horrible. Le visiteur fait face à une ambiance anxiogène. Je me retrouve seule dans cette salle, pendant quelques minutes, j’essaie d’examiner les moindres détails. J’aperçois deux téléviseurs. Sur la droite, l’un d’eux passe des images médicales d’animaux : radiographies, thermographies et échographies se succèdent. L’ autre téléviseur, sur la gauche, projette un documentaire animalier sur un fond musical qui provient en réalité d’un magnifique documentaire présentant des paysages exotiques de savane et d’animaux tropicaux.

En poursuivant ma déambulation dans ce lieu, mon regard est attiré par l’unique point de lumière présent dans cette pièce obscure. C’est une grande vitre transparente qui donne sur une pièce équipée de matériel médical. On y trouve différents objets qui permettent de prodiguer des soins aux animaux. Les locaux et le matériel répondent à certaines exigences. Ils ont pour but d’accueillir une diversités importante d’animaux et une pratique de soins variés. Cette salle de consultation est adjacente à une salle de radiologie. Le matériel présent permet de réaliser des interventions chirurgicales et des soins courants, tel que des échographies, des prises de sangs. La salle est vitrée afin que les visiteurs puissent observer et suivre les consultations et les soins en direct, quand cela est possible. En revanche, si les soins sont trop importants et inappropriés aux visiteurs, un rideau sera baissé.

On retrouve autour de la vitre un panneau explicatif et pédagogique permettant aux enfants et aux adultes de comprendre à quoi sert ce lieu et quels soins y sont prodigués.

Image 2 : Photographie de la vitrine dans la clinique vétérinaire du Zoo de Paris
image 3 : Photographie du panneau explicatif installé à côté de la vitre

Cet endroit qui, au premier coup d’œil, semble assez froid et sombre, est en réalité un lieu indispensable au zoo de Paris. C’est ici que les soins les plus faciles à réaliser et simples sont dispensés aux animaux et ce, devant les yeux des visiteurs. Malheureusement, nous avons remarqué que ces derniers ne prennent pas le temps d’observer ce lieu. L’ambiance peu accueillante, voire angoissante ne le met pas en avant ce qui est pourtant essentiel aux bien être des animaux et indispensable dans une institution tel qu’un zoo.

Echantillonner

Mardi 26 octobre, première journée sur le terrain au zoo de Paris. Nous avons ciblé nos observations sur les babouins de Guinée. Cette espèce de singe de la famille des cercopithécidés est présentée au zoo dans un grand enclos ouvert entouré de baies vitrées qui permettent aux visiteurs de suivre et d’observer les animaux à 360°. 

Durant l’après-midi, l’ensemble du groupe d’étudiants devait s’exercer à une technique éthologique d’observation et de description des babouins de Guinée en utilisant une méthode éthologique présentée en amont par Dalila Bovet, éthologue, devant l’enclos des Babouins. Je me suis donc prêtée à cet exercice en utilisant la méthode du budget-temps. Elle correspond à une méthode de mesure d’échantillonnage par animal ( Darmaillacq et Lévy, 2019, chapitre 1 ). Cette méthode fréquemment utilisée en éthologie a pour but de se focaliser sur un seul individu d’un groupe choisi, de l’observer et de noter tout ce qu’il fait durant une période définie à l’avance.  Pour mon cas, j’ai décidé d’observer un babouin de Guinée pendant 10 min.  Mon attention s’est portée sur un individu femelle du groupe de babouins de Guinée présent cet après-midi-là, percé à l’oreille gauche, de gabarit plutôt semblable aux autres, sans différences physiques et morphologiques apparentes.

Mon observation a débuté à 15H10, pendant quelques minutes, l’animal est assis sur le sol en terre, avec ces mains il gratte la terre, creuse et fouille. Il pousse la terre, attrape quelque chose entre ces doigts de type cailloux ou reste de nourriture, le frotte puis le repose ou le porte à sa bouche. Il s’arrête un moment, lève la tête du sol, regarde autour de lui, jette des regards à droite et à gauche. Vers 15h13, l’individu se déplace vers le centre de l’enclos, son déplacement se fait à quatre pattes. Il est monté sur les rochers, s’immobilise un moment et avec son bras gauche cherche de la nourriture sur le sol en fouillant avec sa main. Il caresse le sol, laisse ses doigts trainer à la recherche de nourriture. 15H15, il continue son chemin à quatre pattes au travers des rochers, il croise un congénère et lui présente sa région génitale, l’autre le renifle. À la suite de cela, notre individu se tourne et s’en va sur un autre rocher. D’après l’éthogramme des macaques et babouins, cette observation  correspond à un comportement non agressif défini comme une salutation (Petit, 1996). 15H16, il s’assoit sur un rocher, les deux bras en avant face au soleil, avec la patte arrière, il se gratte le flanc tout en mettant la tête en arrière et en ouvrant légèrement la bouche. Quelques minutes plus tard, vers 15H18, le babouin se déplace à nouveau sur ses quatre pattes, en regardant devant lui, d’un pas décidé, et vient s’asseoir devant une grotte. Au même moment un autre singe le rejoint. Notre individu porte son regarde sur lui, l’autre s’assoit à côté de lui et commence à lui pouiller le bras puis la jambe, en fouillant dans le pelage. Pendant ce temps, notre singe ne bouge pas beaucoup, seule sa tête est en mouvement. Il la tourne à droite puis à gauche, puis regarde vers le haut. Ses yeux portent sur ce qui se passe autour de lui.  Cette interaction dure quelques minutes, à 15H20 notre individu finit par se déplace de nouveau. Il se dirige en direction des trappes qui se trouvent sur le fond de l’enclos, s’assoit dos au rocher à côté de l’une d’elle. Il regarde autour de lui, les mains détachées, la bouche entre ouverte, les yeux qui bougent rapidement de la droite vers la gauche puis baisse la tête.

Mon observation se termine sur ces dernières actions, l’individu observé dans ce groupe parait très actif. C’est aussi le cas pour tous les babouins de Guinée. À la suite de cette exercice, j’ai comparé mes observations avec d’autres étudiants ayant eux aussi procédé de la sorte en observant un autre individu.

Bibliographie:

  • Darmaillacq et Lévy . Éthologie animal. Une approche biologique du comportement, De broché, 2019
  • Petit, O. Ethnogramme Macaque et Babouins, Sci Tech Anim Lab, 2006