Le lynx : un invisible mis en lumière

Je décide de répondre à mon envie de déambuler sans prêter attention aux indications toutes tracées, schématisées et colorées sur un bout de papier.

Mes quelques minutes de marche m’amènent à emprunter des sentiers quasiment vides, laissant derrière moi un brouhaha ambiant. Le paradoxe d’un sentiment de solitude dans un des endroits habitués à la foule et aux cris d’enfants. Je continue mon chemin. Il fait froid mais les timides rayons de soleil traversant les nuages laissent échapper une étreinte de chaleur.

Je décide de m’arrêter. Je ne croise personne, donnant à cet espace une ambiance presque lugubre et fantomatique, où de la brume flotte en divaguant à quelques centimètres du sol. Je fais face à cet environnement dont la vue est floutée par la rosée du matin. Quelque chose m’empêche de pouvoir approcher de plus près. Je m’assois sur un sol granuleux et mouillé. Il est 11h30, j’ai froid et personne ne croise mon regard. Rien, je ne vois rien.

La végétation n’est pas très dense, un rocher domine cet espace presque esquissé de façon géométrique. Je remarque qu’un fin chemin est dessiné sur le sol mouillé, mais qui l’a tracé ? La pluie tombe à torrent durant un court instant, faisant des clapotis sur une petite cascade mal dessinée. Un curieux silence s’installe. 11H40, j’aperçois après une vingtaine de minutes d’attente et d’observation, ce félin mythique. Il déambule de façon nonchalante, la fourrure mouillée. Lynx Lynx, discret et furtif, au pelage si caractéristique, essaye d’embrasser le sauvage. 11H41, le lynx est reparti aussi furtivement qu’il m’est apparu. Je note sur mon carnet « lynx : insaisissable ? ».

Vincennes, 26 octobre, 11h50. Tout d’un coup, mon attention se détourne. J’entends une voix d’enfant criant à ses parents: « t’as vu le gros chat ? ». C’est à ce moment là que je comprends derrière mon objectif de téléphone de mauvaise qualité, que cette famille est venue observer le sauvage au cœur de Paris. A cet instant, ce qui me semblait silencieux et calme n’était alors qu’une chimère. Derrière moi, un grillage me sépare du périphérique d’où surgit le tumulte des bruits de moteurs des voitures et des sirènes. Mes sens sont en alerte, je sens une odeur de friture, et je commence à voir une foule se dessiner devant moi à l’apparition éphémère du Lynx. Ces personnes s’attroupent devant ce félin quand il est là, mais passent leur chemin lorsqu’il n’est pas visible.  

Il est 15h08

 

Je décide d’appliquer la méthode du budget-temps sur une durée de 10 minutes auprès d’un babouin en particulier. Mon regard se pose sur un babouin en retrait du groupe sur ma gauche, il est seul. Je décide alors de m’asseoir en tailleur, sort mon téléphone pour indiquer l’heure ; l’observation et le décompte peuvent alors commencer.


15h09. Je l’aperçois seul dans un coin de l’enclos contre un mur. Je ne vois que son dos, mais il a l’air de fouiller le sol.

15H10 Il se retourne sur lui-même, sa posture me permet de mieux l’observer.

15H11 Il utilise sa main droite pour faire des vagues sur une flaque d’eau de la droite vers la gauche. Il cherche dans l’eau de la potentiel nourriture. Il récupère quelque chose dans l’eau et le mange.

15H12 , creuse le sol.

15H13, jette les cailloux qui ne l’intéressent pas. Il trouve quelque chose, le met à la bouche, puis le jette. Il trouve à nouveau quelque chose dans le sol, le sent et le jette.

15H14, se déplace le long du mur bordant l’enclos, creuse sur la longueur dans l’espace entre le mur et la terre, attrape quelque chose et cette fois-ci le mange, après l’avoir senti et goûté.

15H15, il se recroqueville contre le mur, dos à moi, et ne bouge plus.

15H16, une femelle s’approche à environ un mètre. Le babouin l’observe mais ne s’en préoccupe pas. Il se remet à creuser de façon rythmée : main gauche, main droite, main gauche, etc…

15h17, les deux babouins creusent ensemble.

15h18, le babouin se sert des doigts de sa main droite pour faire levier sur le sol, pour en sortir le plus d’éléments possibles, goûte, jette, goûte, mange. Puis change de position.

15H19, se dirige à nouveau en direction de la flaque d’eau, prend soin d’enlever un gros caillou qui le gène dans sa fouille, et trouve de la nourriture à nouveau. Se tourne ensuite vers le sol et étale avec ses mains les gravillons au sol.

15H20, le sol est lissé par le passage du babouin.