Photographier un lien: habitués et animaux du zoo

J’ai suivi des photographes amateurs, des plus ou moins grand habitué. Mon ethnographie s’est principalement concentrée sur deux personnes : Murielle et Théo. Je les ai suivi et questionné au gré de nos déambulations dans le zoo. La scène que je vais raconter est avec Murielle. Une autre photographe amatrice nous a rejoint (elles se connaissent). Je vais l’appeler Véronique. Nous sommes allés devant l’enclos des girafes. Nous parlions sur le chemin (j’ai posé des questions le long des trajets entre les enclos). Murielle avait l’appareil tenu autour du cou. Elle l’a saisi à la main (sans retirer la sangle du cou) et s’est approchée des barrières avec Véronique. Véronique me racontait sur le trajet qu’ils s’intéressaient aux arrivées et aux départs des animaux. Elle m’a donnée l’exemple d’une gigogne né le lundi aux environs de midi. Pendant que Véronique me parlait, Murielle observait les girafes. Je leur ai demandé s’il y avait des animaux qu’elles préféraient photographier. Murielle m’a répondu les girafes « On le connait lui par exemple, on le suit depuis qu’il est né. C’est le petit Odja. Le petit Loulou, Odja ». Elle me désigna une girafe plus loin dans un enclos séparé. Puis elle se mit à produire des bruitages et à l’interpeler en criant son nom. Odja ne sembla pas y prêter attention. On se déplaça un peu vers les autres girafes. Véronique m’expliqua qu’ils essaient de les reconnaître (avec les autres habitués du zoo). Murielle me donna l’exemple des lions et de l’un d’eux que l’on « reconnaît au regard parce qu’il n’a plus de crinière. Il ressemble à une lionne mais nous dans le regard on le reconnaît. Les gens ne savent pas l’histoire mais nous on sait. Il a le même regard que bébé ». Véronique ajouta qu’il manque un bout de sa queue « comme il s’est fritté avec son frère ».  Puis Murielle me raconta que c’était pareil pour les autres espèces et qu’aujourd’hui elle a appris le nom du dernier né sakis « c’est Luis. Donc maintenant je vais pouvoir le mettre sur les photos. ». Murielle s’approcha de l’enclos jusqu’à toucher la barrière. Elle me montra du doigt une girafe en me disant « Adeline elle est là. Près du rocher ». Véronique m’indiqua qu’elle était plus foncée. Murielle fit des bruitages, appareil en main (prête à prendre une photo) et cria « Adeline ! ». Elle rajouta qu’Adeline était très curieuse et pas très grande. Elle cria « Viens chou ! Viens » (toujours derrière son appareil). Adeline ne sembla pas réagir, elle resta sur place. Murielle cria « Adeline ! Fais pas la gueule ». Murielle attendit sans rien dire. On resta toutes les trois silencieuses à observer Adeline. Murielle sembla prendre des photos. Elle se redressa et nous nous déplacèrent. On peut noter qu’il pouvait se passer un certain temps entre l’arriver devant les enclos et la prise de photo. 10 minutes pour la photographie d’Adeline.

Photographie d’Adeline prise par Murielle lorsque j’étais avec elle
Photographie du dernier né gigogne ( évoqué par Véronique et pris en photographie par Murielle )
Luis dernier né saki pris plus tôt dans la journée par Murielle
Photographie d’Odja prise par Murielle lorsque j’étais là

L’enclos comme un théâtre insaisissable

Extrait de mon carnet de terrain

Ethogramme à la main et postée devant l’enclos des babouins de Guinée, j’ai commencé par vouloir suivre un individu en particulier. La tâche s’est avérée difficile et j’ai rapidement décidé de changer d’approche. Je me suis alors concentrée sur les comportements et les interactions. Je ne suis pas certaine des interprétations à donner à mes observations, et j’ai parfois pu faire preuve d’un certain anthropomorphisme. L’éthogramme permet par ailleurs une distinction entre des comportements agressifs et non-agressifs. Cela donne une marge importante accordée aux interprétations possibles.

Revenons-en aux données récoltées. Nous avons observé le groupe reproducteurs composé des femelles, des juvéniles et de trois mâles. Les individus se regroupent souvent par petits groupes.

Je vais décrire trois scènes. Dans la première un individu (femelle ?) toilettait l’un des mâles. Un autre mâle était à ses côtés. Il semblait regarder la scène du toilettage. Il s’est approché de la femelle et a fait ce que l’éthogramme nomme “monte” : il a approché ses hanches de son arrière plan. Cela n’a duré qu’une seconde. Un fois qu’il est redescendu, la femelle a suspendu son toilettage et c’est lui qu’elle s’est mise à toiletter. Puis l’autre mâle est parti.

L’éthogramme parle d’un comportement non-agressif.

L’éthologie appréhende souvent les comportements en terme de dominance.

Cela impliquerait peut-être ce qu’il est courant de désigner comme le fait de “marquer son territoire”. Je ne sais pas vraiment quoi en penser. Je peux en dire autant d’un conflit que j’ai observé entre deux individus. En effet, une femelle a été poursuivie par un des mâles. L’éthogramme parle d’une fuite et d’une “open mouth display”. La poursuite a continué, puis s’est arrêtée sans que je comprenne pourquoi. La scène a débuté, puis s’est terminée sans que je saisisse les éléments déclencheurs.

Cela m’amène à aborder une dernière scène que je ne suis pas parvenu à saisir. Un individu toilettait un autre individu. Un autre s’est approché du duo. Ils n’ont pas réagit à son approche. Il a fait ce que l’on nomme une salutation en présentant son arrière train. Il s’est assis à côté d’eux. Ils n’ont pas eu l’air de faire attention à lui. Il n’a pas dû rester plus de 30 secondes puis s’est relever et est parti. J’ai tendance à penser qu’il est parti parce qu’il n’a pas trouvé ce qu’il cherchait, que l’interaction aurait échoué. Cependant, j’ai l’impression qu’il n’y a pas forcement de réactions quand un individu s’approche d’un groupe. Peut-être que je ne sais pas percevoir ces réactions.

Je ne sais pas trop quoi penser de mes données récoltées…