Photographier un lien: habitués et animaux du zoo

J’ai suivi des photographes amateurs, des plus ou moins grand habitué. Mon ethnographie s’est principalement concentrée sur deux personnes : Murielle et Théo. Je les ai suivi et questionné au gré de nos déambulations dans le zoo. La scène que je vais raconter est avec Murielle. Une autre photographe amatrice nous a rejoint (elles se connaissent). Je vais l’appeler Véronique. Nous sommes allés devant l’enclos des girafes. Nous parlions sur le chemin (j’ai posé des questions le long des trajets entre les enclos). Murielle avait l’appareil tenu autour du cou. Elle l’a saisi à la main (sans retirer la sangle du cou) et s’est approchée des barrières avec Véronique. Véronique me racontait sur le trajet qu’ils s’intéressaient aux arrivées et aux départs des animaux. Elle m’a donnée l’exemple d’une gigogne né le lundi aux environs de midi. Pendant que Véronique me parlait, Murielle observait les girafes. Je leur ai demandé s’il y avait des animaux qu’elles préféraient photographier. Murielle m’a répondu les girafes « On le connait lui par exemple, on le suit depuis qu’il est né. C’est le petit Odja. Le petit Loulou, Odja ». Elle me désigna une girafe plus loin dans un enclos séparé. Puis elle se mit à produire des bruitages et à l’interpeler en criant son nom. Odja ne sembla pas y prêter attention. On se déplaça un peu vers les autres girafes. Véronique m’expliqua qu’ils essaient de les reconnaître (avec les autres habitués du zoo). Murielle me donna l’exemple des lions et de l’un d’eux que l’on « reconnaît au regard parce qu’il n’a plus de crinière. Il ressemble à une lionne mais nous dans le regard on le reconnaît. Les gens ne savent pas l’histoire mais nous on sait. Il a le même regard que bébé ». Véronique ajouta qu’il manque un bout de sa queue « comme il s’est fritté avec son frère ».  Puis Murielle me raconta que c’était pareil pour les autres espèces et qu’aujourd’hui elle a appris le nom du dernier né sakis « c’est Luis. Donc maintenant je vais pouvoir le mettre sur les photos. ». Murielle s’approcha de l’enclos jusqu’à toucher la barrière. Elle me montra du doigt une girafe en me disant « Adeline elle est là. Près du rocher ». Véronique m’indiqua qu’elle était plus foncée. Murielle fit des bruitages, appareil en main (prête à prendre une photo) et cria « Adeline ! ». Elle rajouta qu’Adeline était très curieuse et pas très grande. Elle cria « Viens chou ! Viens » (toujours derrière son appareil). Adeline ne sembla pas réagir, elle resta sur place. Murielle cria « Adeline ! Fais pas la gueule ». Murielle attendit sans rien dire. On resta toutes les trois silencieuses à observer Adeline. Murielle sembla prendre des photos. Elle se redressa et nous nous déplacèrent. On peut noter qu’il pouvait se passer un certain temps entre l’arriver devant les enclos et la prise de photo. 10 minutes pour la photographie d’Adeline.

Photographie d’Adeline prise par Murielle lorsque j’étais avec elle
Photographie du dernier né gigogne ( évoqué par Véronique et pris en photographie par Murielle )
Luis dernier né saki pris plus tôt dans la journée par Murielle
Photographie d’Odja prise par Murielle lorsque j’étais là

Immersion dans le vivarium européen

Lorsque l’on entre dans le sas qui précède le vivarium à proprement parler, on est d’abord frappé par la rupture avec le monde extérieur. Un plafond bas, une pièce sombre, quelques lampes à néon, des extincteurs. Des portes opaques libellés « accès réservé au personnel » nous entourent, tandis que celle, transparente, qui donne accès aux animaux se trouve face à nous. Pas de silence, pourtant. La soufflerie installée dans une pièce attenante ronronne régulièrement. Le lino gris – et humide à cette saison – crisse sous le plastique des baskets. A quelques occasions des murmures d’adultes et des cris d’enfants retentissent depuis l’autre côté de la porte vitrée. En s’approchant d’eux, on entend de moins en moins la soufflerie sans que celle-ci ne s’efface jamais tout à fait. On pénètre ainsi dans un long corridor, parsemé de renfoncements où se trouvent les animaux. Cistudes, gardons, tortues, sonneur à ventre jaune, grenouilles et face à la sortie de la « Blob Zone », les trois types de serpents européens. Les vipères aspic et la couleuvre à échelons occupent le même « renfoncement », leurs vitres sont perpendiculaires l’une à l’autre. Plus à gauche, l’espace des deux vipères ammodytes bénéficie de deux vitres sur ses deux parois, ce qui assure une visibilité presque totale. Pour autant, l’abondant feuillage qui constitue l’habitat des serpents leur permet d’échapper aux regards. Je m’installe face à eux pour les observer.

“Regards fascinants” en clairière

En arrivant dans les clairières, je constatais un grand espace vert encerclé par de hauts arbres et disposant de tables et chaises pour le public du zoo. Ce lieu reculé se composait de quelques rochers installés pour permettre aux visiteurs de s’asseoir, s’adosser ou même grimper.

En entrant dans cet espace, je me trouvais face à une exposition de portraits d’animaux. A gauche, un camion-restaurant proposait de la nourriture à ceux qui n’apportent pas de repas, et entre les deux, des serres gardant quelques plantes sud-américaines au chaud. Quant à la droite de l’exposition et en cherchant bien, il me fut possible de tomber sur un petit chalet rempli de squelettes, de figures et d’animaux empaillés ou conservés, venant des réserves du Muséum National d’Histoire Naturelle. Non loin de là, un chemin me fit découvrir la vie des oiseaux et insectes du quotidien occidental. Je pus y entendre le chant des oiseaux aux cimes des arbres et observer les êtres vivants qui s’y trouvaient.

Ces clairières regroupent également des parcours pour adultes et enfants. L’un fut nommé le parcours « Pieds Nus » et excuse les visiteurs qui enlèvent ses chaussures pour gambader sur un chemin à la recherche de sensations du toucher. L’autre, le parcours « ludique », est constitué de petits jeux permettant aux enfants d’en apprendre davantage sur la faune française.

L’exposition “Regard(s) fascinant(s)” fut installée temporairement dans le zoo, dans le but de sensibiliser les futures générations aux changements climatiques qui pourraient mener un grand nombre d’espèces vivantes au déclin. Les photographies composant le tronc de cette structure furent prises par Tim Flach d’une manière bien précise : le regard joue un rôle essentiel dans la sensibilisation des visiteurs qui se retrouvent face à face avec les différents animaux représentés. Au-dessus de chaque portrait, un texte explicatif offre aux intéressés quelques informations sur l’animal en question. En levant ma tête plus haut encore, je pus mieux voir les poutres en forme de branches qui confirmaient la finalisation de cette structure arborescente.

Tous ces éléments permettent aux humains de s’arrêter quelques instants pour se rafraîchir dans un lieu à l’apparence plus familière. En effet, les différents parcours mettent en relief les animaux et plantes que l’on peut retrouver en France, hors du zoo. Au premier abord, cet endroit peut paraître anodin, alors qu’il s’y trouve une faune et une flore variées, ainsi qu’une forte activité de l’humain que l’on peut observer individuellement, en groupe et en relation avec l’animal.

© Helena Woods

 

Bienvenue à la clinique vétérinaire

Extrait de carnet

Flânant dans le parc zoologique de Paris, j´avance en direction de l’enclos des girafes. Je m’y arrête quelques minutes, les observe puis continue ma promenade. Quelques mètres plus loin sur la droite, j’aperçois un sentier dissimulé à travers la végétation. Cherchant à découvrir un maximum le zoo, et attisant ma curiosité, je décide de m’engager sur ce chemin entouré d’une flore diverse et variée. J´avance le long de cette route pendant quelques mètres. Je suis seule, je ne croise personne, seul le bruit du vents et les chants des oiseaux m´accompagnent dans mon aventure . Au bout d’une dizaine de mètres, je tombe nez à nez avec un imposant  bâtiments en bois ouvert sur le chemin par deux grandes portes doubles. L’endroit est calme et vide. Toujours personne a l’horizon. L’extérieur du bâtiment est assez terne. L’humidité, le vent et le lourd silence rend le lieu assez glaçant. L’endroit est assez peu accueillant voir même repoussant.

Image 1 : Photographie de l’extérieur de la Clinique Vétérinaire du Zoo de Paris

Je me décide et entre. À l’intérieur de ce bâtiment, l’atmosphère est assez triste et pesante. Les murs sont tous recouverts de peinture noire, aucune décorations, aucune couleurs n’apportent une touche de chaleur. Lorsqu’on entre, notre attention est directement retenue par une musique angoissante qui rend l’ambiance presque effrayante. Elle est rythmée par des bruits de timbales, la mélodie est basée sur des répétitions, des bruits étranges et soudains. Mélangé à cela, le bruit du vent qui tape sur les portes et fait échos dans la pièce, ce qui la rend encore plus horrible. Le visiteur fait face à une ambiance anxiogène. Je me retrouve seule dans cette salle, pendant quelques minutes, j’essaie d’examiner les moindres détails. J’aperçois deux téléviseurs. Sur la droite, l’un d’eux passe des images médicales d’animaux : radiographies, thermographies et échographies se succèdent. L’ autre téléviseur, sur la gauche, projette un documentaire animalier sur un fond musical qui provient en réalité d’un magnifique documentaire présentant des paysages exotiques de savane et d’animaux tropicaux.

En poursuivant ma déambulation dans ce lieu, mon regard est attiré par l’unique point de lumière présent dans cette pièce obscure. C’est une grande vitre transparente qui donne sur une pièce équipée de matériel médical. On y trouve différents objets qui permettent de prodiguer des soins aux animaux. Les locaux et le matériel répondent à certaines exigences. Ils ont pour but d’accueillir une diversités importante d’animaux et une pratique de soins variés. Cette salle de consultation est adjacente à une salle de radiologie. Le matériel présent permet de réaliser des interventions chirurgicales et des soins courants, tel que des échographies, des prises de sangs. La salle est vitrée afin que les visiteurs puissent observer et suivre les consultations et les soins en direct, quand cela est possible. En revanche, si les soins sont trop importants et inappropriés aux visiteurs, un rideau sera baissé.

On retrouve autour de la vitre un panneau explicatif et pédagogique permettant aux enfants et aux adultes de comprendre à quoi sert ce lieu et quels soins y sont prodigués.

Image 2 : Photographie de la vitrine dans la clinique vétérinaire du Zoo de Paris
image 3 : Photographie du panneau explicatif installé à côté de la vitre

Cet endroit qui, au premier coup d’œil, semble assez froid et sombre, est en réalité un lieu indispensable au zoo de Paris. C’est ici que les soins les plus faciles à réaliser et simples sont dispensés aux animaux et ce, devant les yeux des visiteurs. Malheureusement, nous avons remarqué que ces derniers ne prennent pas le temps d’observer ce lieu. L’ambiance peu accueillante, voire angoissante ne le met pas en avant ce qui est pourtant essentiel aux bien être des animaux et indispensable dans une institution tel qu’un zoo.

Un babouin mâle

Je me suis essayée à l’analyse de l’activité d’un des trois gros mâles babouins de Nouvelle-Guinée (Papio Papio) du Parc Zoologique de Vincennes. J’ai choisi la méthode dite du « budget-temps », où j’ai répertorié la temporalité des activités de l’individu durant 10 minutes, de 15h11 à 15h21 le mardi 26 octobre 2021. 

Cet individu est plutôt trapu, avec une carrure imposante et une fourrure gonflée autour de la tête. Son pelage marron est agrémenté de reflets argentés sur ses joues, et fonce à l’extrémité des membres. Le bout de sa queue est élimé, ce qui peut être signe d’un comportement de stéréotypie de sa part, mais aussi le désigner comme un dominant et être interprété comme la preuve du respect de ses congénères. Sa démarche est calme et régulière, elle met en valeur les muscles de ses épaules sous son port de tête bien haut. 

Voici le contenu de mon carnet de terrain dans le cadre de cette observation :

15h11 – Fouille le sol. Mange des choses ramassées par terre. Est seul mais une femelle se tient à proximité.

15h13 – Se lève pour continuer à gratter le sol, puis se rassoit et reprend son activité. Femelle le salue en lui présentant son postérieur mais il n’a pas de réaction apparente. 

15h14 – Se déplace sans se lever complétement. 

15h15 – Se lève puis se rassoit 1m plus loin. Regarde autour de lui. Continue de mâchouiller ce qu’il a dans la bouche. Pivote sur lui-même (90°) en restant assis. 

15h16 – Se déplace en soulevant juste un peu ses fesses du sol et en s’appuyant sur ses mains. Continue activité initiale. Une femelle s’assoit à côté mais pas de réaction apparente. Il regarde vers la droite (pas dans le sens de la femelle) puis reprend son activité de recherche dans le sol, porte à sa bouche ce qu’il semble trouver. 

15h18 – Se lève et s’éloigne en tournant le dos à mon poste d’observation. Traverse l’ensemble de l’enclos en longeant le plan d’eau. Assène un coup de postérieur à deux femelles qui se toilettent. 

15h20 – S’est assis sous la vitre où nous observions ce matin avec deux congénères (un petit mâle et une femelle). Une femelle approche sa tête de son visage, il lève sa propre tête pour qu’elle se retrouve au niveau de son cou. Elle s’en va, il se remet à mâchonner. 

15h21 – Se lève et bondit sur le rocher face à lui. Se tient assis, la main posée sur le haut de la patte arrière. Regarde autour de lui, semble balayer l’espace de l’enclos du regard. Une femelle vient le saluer en présentant ses parties génitales, il la renifle puis lui met une petite tape sur le haut des fesses, sans cesser de mâchouiller. 

FIN DE L’OBSERVATION 

Il est 15h08

 

Je décide d’appliquer la méthode du budget-temps sur une durée de 10 minutes auprès d’un babouin en particulier. Mon regard se pose sur un babouin en retrait du groupe sur ma gauche, il est seul. Je décide alors de m’asseoir en tailleur, sort mon téléphone pour indiquer l’heure ; l’observation et le décompte peuvent alors commencer.


15h09. Je l’aperçois seul dans un coin de l’enclos contre un mur. Je ne vois que son dos, mais il a l’air de fouiller le sol.

15H10 Il se retourne sur lui-même, sa posture me permet de mieux l’observer.

15H11 Il utilise sa main droite pour faire des vagues sur une flaque d’eau de la droite vers la gauche. Il cherche dans l’eau de la potentiel nourriture. Il récupère quelque chose dans l’eau et le mange.

15H12 , creuse le sol.

15H13, jette les cailloux qui ne l’intéressent pas. Il trouve quelque chose, le met à la bouche, puis le jette. Il trouve à nouveau quelque chose dans le sol, le sent et le jette.

15H14, se déplace le long du mur bordant l’enclos, creuse sur la longueur dans l’espace entre le mur et la terre, attrape quelque chose et cette fois-ci le mange, après l’avoir senti et goûté.

15H15, il se recroqueville contre le mur, dos à moi, et ne bouge plus.

15H16, une femelle s’approche à environ un mètre. Le babouin l’observe mais ne s’en préoccupe pas. Il se remet à creuser de façon rythmée : main gauche, main droite, main gauche, etc…

15h17, les deux babouins creusent ensemble.

15h18, le babouin se sert des doigts de sa main droite pour faire levier sur le sol, pour en sortir le plus d’éléments possibles, goûte, jette, goûte, mange. Puis change de position.

15H19, se dirige à nouveau en direction de la flaque d’eau, prend soin d’enlever un gros caillou qui le gène dans sa fouille, et trouve de la nourriture à nouveau. Se tourne ensuite vers le sol et étale avec ses mains les gravillons au sol.

15H20, le sol est lissé par le passage du babouin.

L’enclos comme un théâtre insaisissable

Extrait de mon carnet de terrain

Ethogramme à la main et postée devant l’enclos des babouins de Guinée, j’ai commencé par vouloir suivre un individu en particulier. La tâche s’est avérée difficile et j’ai rapidement décidé de changer d’approche. Je me suis alors concentrée sur les comportements et les interactions. Je ne suis pas certaine des interprétations à donner à mes observations, et j’ai parfois pu faire preuve d’un certain anthropomorphisme. L’éthogramme permet par ailleurs une distinction entre des comportements agressifs et non-agressifs. Cela donne une marge importante accordée aux interprétations possibles.

Revenons-en aux données récoltées. Nous avons observé le groupe reproducteurs composé des femelles, des juvéniles et de trois mâles. Les individus se regroupent souvent par petits groupes.

Je vais décrire trois scènes. Dans la première un individu (femelle ?) toilettait l’un des mâles. Un autre mâle était à ses côtés. Il semblait regarder la scène du toilettage. Il s’est approché de la femelle et a fait ce que l’éthogramme nomme “monte” : il a approché ses hanches de son arrière plan. Cela n’a duré qu’une seconde. Un fois qu’il est redescendu, la femelle a suspendu son toilettage et c’est lui qu’elle s’est mise à toiletter. Puis l’autre mâle est parti.

L’éthogramme parle d’un comportement non-agressif.

L’éthologie appréhende souvent les comportements en terme de dominance.

Cela impliquerait peut-être ce qu’il est courant de désigner comme le fait de “marquer son territoire”. Je ne sais pas vraiment quoi en penser. Je peux en dire autant d’un conflit que j’ai observé entre deux individus. En effet, une femelle a été poursuivie par un des mâles. L’éthogramme parle d’une fuite et d’une “open mouth display”. La poursuite a continué, puis s’est arrêtée sans que je comprenne pourquoi. La scène a débuté, puis s’est terminée sans que je saisisse les éléments déclencheurs.

Cela m’amène à aborder une dernière scène que je ne suis pas parvenu à saisir. Un individu toilettait un autre individu. Un autre s’est approché du duo. Ils n’ont pas réagit à son approche. Il a fait ce que l’on nomme une salutation en présentant son arrière train. Il s’est assis à côté d’eux. Ils n’ont pas eu l’air de faire attention à lui. Il n’a pas dû rester plus de 30 secondes puis s’est relever et est parti. J’ai tendance à penser qu’il est parti parce qu’il n’a pas trouvé ce qu’il cherchait, que l’interaction aurait échoué. Cependant, j’ai l’impression qu’il n’y a pas forcement de réactions quand un individu s’approche d’un groupe. Peut-être que je ne sais pas percevoir ces réactions.

Je ne sais pas trop quoi penser de mes données récoltées…

Comportements et mimiques

Lors de mon observation au zoo de Vincennes, je me suis intéressée aux différents comportements et mimiques que certains babouins pouvaient avoir entre eux, individuellement ou envers les visiteurs. N’ayant pas fait l’observation budget-temps, j’ai donc regroupé des comportements fréquents au sein du groupe et d’autres plus rares retrouvés seulement chez quelques individus.

 

Le matin :

Après la distribution de la nourriture, les babouins se sont précipités vers les aliments avec des regards vifs allant de droite à gauche et certains se sont assis pour manger en gardant des restes entre leurs jambes, sur le sol.

Un individu s’est mis à ramasser de fines branches du sol, puis a lâché le tas sans le regarder.

Un individu s’est précipité vers un autre individu et lui a touché le bas du dos.

Deux individus ont couru l’un vers l’autre et se sont mordillés la fourrure au niveau du cou.

Il y a eu rapprochement et contact des museaux entre deux babouins.

Un des plus grands mâles était assis, un jeune babouin s’est approché de lui et un autre babouin plus grand s’est précipité entre les deux et a tenu le jeune babouin dans ses bras en l’éloignant du grand mâle.

Un grand mâle se tirait les poils du bras et les sentait ou léchait.

Un individu a gratté un tronc d’arbre avec ses doigts puis ses dents, peut-être pour récupérer des insectes.

Un individu a creusé la terre.

Un grand mâle était assis, un plus petit babouin s’est dirigé vers lui et un troisième s’est mis entre les deux, avec des cris poussés par les deux plus petits babouins, entre eux.

Un grand mâle a regardé quelques fois en direction des visiteurs.

Il y a eu un cri provenant d’un endroit de l’enclos et un des grands mâles s’est précipité dans la direction du cri.

Un individu a mangé de la nourriture se trouvant dans la main d’un autre individu.

 

L’après-midi :

Les individus sont un peu plus regroupés contrairement au matin.

Il y a eu mimique avec claquement de lèvres d’un individu, apparemment dirigé vers un autre individu.

Il y a eu un mouvement de groupe qui s’est formé lorsqu’un des grands mâles s’est mis à marcher. Le mouvement était circulaire et contournait les rochers.

Un individu a fait une mimique de la bouche ouverte vers un adversaire, a poussé un cri, puis l’a poursuivi.

Un grand mâle a effectué une monte avec des mouvements pelviens effectués en deux secondes, puis la femelle montée a donné un toilettage au mâle.

Un grand mâle était assis et a soudainement mis sa tête entre les jambes d’un jeune babouin. L’angle de vue ne permettait pas de voir ce qui se passait précisément.

Il y a eu étreinte entre deux individus à plusieurs reprises.

Il y a eu salutation par agrippement de la partie génitale, présentation ano-génitale ou de la queue, notamment de la part des femelles envers un des grands mâles.

Un babouin à la fourrure abîmée a souvent poussé des cris et se faisait régulièrement poursuivre par un autre individu.

Un individu a fait un mouvement des sourcils (brow raise) en regardant dans ma direction.

Il y a eu un aboiement, puis plusieurs aboiement, et finalement tous les individus se sont positionnés en hauteur (arbres, rochers).

Un grand mâle a fait un secouement de la tête et peut-être aussi un tressaillement (shoulder bob).

 

Comportements similaires le matin et l’après-midi :

Plusieurs individus se sont touchés les parties génitales et masturbés.

Quelques individus ont penché la tête en avant pour boire l’eau d’une flaque, en positionnant la partie ano-génitale vers le ciel.

Certains individus ont balayé les cailloux à la recherche de nourriture.

Un individu a léché les parties génitales d’un autre babouin, comportement considéré comme une salutation.

Il y a eu toilettage social entre plusieurs individus répartis en groupes de deux ou plus.

Echantillonner

Mardi 26 octobre, première journée sur le terrain au zoo de Paris. Nous avons ciblé nos observations sur les babouins de Guinée. Cette espèce de singe de la famille des cercopithécidés est présentée au zoo dans un grand enclos ouvert entouré de baies vitrées qui permettent aux visiteurs de suivre et d’observer les animaux à 360°. 

Durant l’après-midi, l’ensemble du groupe d’étudiants devait s’exercer à une technique éthologique d’observation et de description des babouins de Guinée en utilisant une méthode éthologique présentée en amont par Dalila Bovet, éthologue, devant l’enclos des Babouins. Je me suis donc prêtée à cet exercice en utilisant la méthode du budget-temps. Elle correspond à une méthode de mesure d’échantillonnage par animal ( Darmaillacq et Lévy, 2019, chapitre 1 ). Cette méthode fréquemment utilisée en éthologie a pour but de se focaliser sur un seul individu d’un groupe choisi, de l’observer et de noter tout ce qu’il fait durant une période définie à l’avance.  Pour mon cas, j’ai décidé d’observer un babouin de Guinée pendant 10 min.  Mon attention s’est portée sur un individu femelle du groupe de babouins de Guinée présent cet après-midi-là, percé à l’oreille gauche, de gabarit plutôt semblable aux autres, sans différences physiques et morphologiques apparentes.

Mon observation a débuté à 15H10, pendant quelques minutes, l’animal est assis sur le sol en terre, avec ces mains il gratte la terre, creuse et fouille. Il pousse la terre, attrape quelque chose entre ces doigts de type cailloux ou reste de nourriture, le frotte puis le repose ou le porte à sa bouche. Il s’arrête un moment, lève la tête du sol, regarde autour de lui, jette des regards à droite et à gauche. Vers 15h13, l’individu se déplace vers le centre de l’enclos, son déplacement se fait à quatre pattes. Il est monté sur les rochers, s’immobilise un moment et avec son bras gauche cherche de la nourriture sur le sol en fouillant avec sa main. Il caresse le sol, laisse ses doigts trainer à la recherche de nourriture. 15H15, il continue son chemin à quatre pattes au travers des rochers, il croise un congénère et lui présente sa région génitale, l’autre le renifle. À la suite de cela, notre individu se tourne et s’en va sur un autre rocher. D’après l’éthogramme des macaques et babouins, cette observation  correspond à un comportement non agressif défini comme une salutation (Petit, 1996). 15H16, il s’assoit sur un rocher, les deux bras en avant face au soleil, avec la patte arrière, il se gratte le flanc tout en mettant la tête en arrière et en ouvrant légèrement la bouche. Quelques minutes plus tard, vers 15H18, le babouin se déplace à nouveau sur ses quatre pattes, en regardant devant lui, d’un pas décidé, et vient s’asseoir devant une grotte. Au même moment un autre singe le rejoint. Notre individu porte son regarde sur lui, l’autre s’assoit à côté de lui et commence à lui pouiller le bras puis la jambe, en fouillant dans le pelage. Pendant ce temps, notre singe ne bouge pas beaucoup, seule sa tête est en mouvement. Il la tourne à droite puis à gauche, puis regarde vers le haut. Ses yeux portent sur ce qui se passe autour de lui.  Cette interaction dure quelques minutes, à 15H20 notre individu finit par se déplace de nouveau. Il se dirige en direction des trappes qui se trouvent sur le fond de l’enclos, s’assoit dos au rocher à côté de l’une d’elle. Il regarde autour de lui, les mains détachées, la bouche entre ouverte, les yeux qui bougent rapidement de la droite vers la gauche puis baisse la tête.

Mon observation se termine sur ces dernières actions, l’individu observé dans ce groupe parait très actif. C’est aussi le cas pour tous les babouins de Guinée. À la suite de cette exercice, j’ai comparé mes observations avec d’autres étudiants ayant eux aussi procédé de la sorte en observant un autre individu.

Bibliographie:

  • Darmaillacq et Lévy . Éthologie animal. Une approche biologique du comportement, De broché, 2019
  • Petit, O. Ethnogramme Macaque et Babouins, Sci Tech Anim Lab, 2006

 

Individu Z

Dans le cadre du stage “Ethologie-Anthropologie” qui s’est déroulé au Zoo de Vincennes, j’ai eu l’occasion, durant 1H30, d’observer l’enclos des babouins, et notamment un individu, spécifiquement, durant 10 minutes. L’individu observé sera nommé Z pour plus de facilités à l’écriture.

L’observation a débuté à 15H10 et les comportements ci-après sont présentés par ordre chronologique.

15H10 : Z (de sexe non observé) a le dos posé contre un grand rocher, face au soleil. Il s’est levé et s’est déplacé sur ses 4 membres quelques mètres plus loin dans l’enclos.

15H11 : Il remue la terre avec ses mains (main droite ou gauche non précisé) et ramène ce qu’il ramasse à sa bouche.

15H13′ 38’’ : Fin du comportement précédent et commence à se déplacer.

15H14 34’’ : Z s’assied sur le même rocher qu’un gros mâle, à environ 1 mètre derrière celui-ci, de façon oblique.

15H15 19’’ : Z se lève et se rapproche d’un groupe d’autres babouins de Guinée non loin de lui, un rocher plus haut. Il s’assied, collé contre ce rocher (voir photo 1).

A partir de 15H15, absence de notation de temps définis, les écritures en mauve indiquent le comportement chronologique de Z, durant 5 minutes complètes:

Il dirige ses yeux autour de lui, dans les alentours : ses yeux vont un peu partout.

Il ouvre la bouche à plusieurs reprises (mouvement de mastication).

Un de ses congénères est venu s’asseoir à côté de lui. Aucune réaction apparente de leur part.

Il pose ses yeux sur le gros mâle perché sur le rocher au-dessus de lui.

Il ouvre sa bouche et montre ses dents (comme un cheval qui rit).

Il dirige ses yeux vers le mâle à côté de lui.

Z a balancé sa tête en arrière en gardant sa bouche ouverte.

→ Durant ces 5 minutes, Z n’a pas bougé, flanc gauche appuyé sur le rocher.

Les 10 minutes étant écoulées, j’ai détaché mon regard de Z et ai commencé à observer d’autres babouins de l’enclos. De temps en temps (pas de précision en minutes), je le cherchais et m’étonnais de sa position toujours accolée au rocher, sans bouger.

15H47 : Z est toujours au même endroit, à la différence qu’il fait désormais face au rocher. Précédemment, il y était accolé de son côté gauche. Un autre babouin de Guinée est venu se mettre derrière lui (pas de précision en minutes) et a posé ses mains sur les hanches de Z (voir photo 2).

Ensuite, mon regard s’est perdu sur les autres babouins de l’enclos.

Temps inconnu : Z fait désormais face à son congénère et se prennent dans les bras (câlin) (voir photo 3).

16H : Il est toujours au même endroit, mais est désormais seul et recroquevillé, le visage tourné vers le rocher.

Photo 1:

Photo 2 :

Photo 3 :