Le paradoxe du mâle reproducteur chez les girafes d’Afrique de l’Ouest

Les girafes disposent d’une grande popularité dans l’imaginaire collectif. En témoigne l’histoire de Zarafa, une girafe offerte par le Pacha d’Égypte à la France en 1826. Elle est la première arrivée sur le sol français. Elle effectue une traversée à pied depuis le port de Marseille, accompagnée d’une escorte de gendarmerie, et sous la surveillance du directeur du Jardin des Plantes, son point de chute. Zarafa est présentée au public à partir de juin 1827, et déclenche une véritable girafomania.

De juin à décembre, on ne dénombre pas moins de 600 000 visiteurs, venus des quatre coins du pays pour voir l’animal. Des calendriers, de la vaisselle, et des gravures à son effigie sont réalisés tandis que la mode féminine se déchaîne : imprimés, manches, garniture, colliers, rubans et ombrelles à la girafe sont exécutés en son honneur (Baratay, 2006).

L’animal, par l’ailleurs qu’il représente, répond à la soif de dépaysement et d’exotisme du public. Elle est l’animal sauvage par excellence bien que, comme le rappelle Jean-François Staszak, l’« exotisme » ne soit pas le propre d’un lieu ou d’un objet, mais d’un point de vue et d’un discours sur ceux-ci. Il établit un lien avec une « fascination condescendante pour un certain ailleurs, déterminé essentiellement par l’histoire de la colonisation et des représentations. »

Aujourd’hui encore, les girafes font partie des animaux qui ont une forte valeur d’exhibition. Il s’agit d’une espèce que l’on peut qualifier de « porte-drapeau » : des spécimens qui sont généralement impressionnants, soit par leur taille, soit par leur intelligence (Kleimann, 1997) et que le public s’attend à voir en priorité dans un zoo.

Dans le cadre d’un séminaire d’anthropo-éthologie, nous, étudiants de L’université Paris- Nanterre, avons été amenés à observer les relations homme-animal au Parc Zoologique de Paris, situé dans le bois de Vincennes. Il s’est révélé être un terrain pertinent pour voir, entendre et analyser les interactions et les discours entre humains et non-humains. Néanmoins il met en scène un certain type de rapports, puisque ce sont des animaux captifs qui y sont détenus. Aussi, le zoo s’inscrit dans une ambivalence par la multiplicité de ses visées : distraire et amuser, mais aussi éduquer et sensibiliser, favoriser la recherche scientifique ou encore conserver des espèces menacées.

Mon attention s’est portée sur les girafes, situées dans la Biozone Afrique du parc nouvellement rénové. Elles y ont un rôle de premier ordre puisque leur enclos est situé au centre du plan, et est desservi par la quasi-totalité des itinéraires possibles. La terrasse du restaurant principal, nommé Zarafa, donne une vue directe sur celles-ci. Elles me paraissent être un sujet d’étude pertinent, puisqu’elles cristallisent un public nombreux et diversifié. Le groupe totalise treize girafes d’Afrique de l’Ouest : deux individus mâles adultes, dix femelles et un girafon.

 
  Schéma effectué à partir du plan officiel du zoo : 
L’enclos des girafes est représenté en jaune, et le restaurant est notifié en rouge

Dès les premières minutes d’observation, un élément m’a mise mal à l’aise. Un individu girafe, esseulé, semblait représenter à lui seul une mise en abime de l’enfermement. Contenu à l’écart du reste du groupe, il voguait à l’intérieur d’un espace délimité par une clôture électrique (puis protégé par de grandes palissades de bois) lui-même adjacent à l’enclos principal, et enfermé dans les barrières du parc zoologique. Il s’agit de l’un des deux mâles reproducteurs, dont l’espace vital est finalement réduit à quelques dizaines de mètres carrés. J’apprendrais rapidement qu’ils ne sont pas un, mais deux, et qu’ils se succèdent à tour de rôle dans l’enclos du mâle[1], à la vue du public. Le second est maintenu en coulisse, invisibilisé par la présence de barrière en bois et d’arbres hauts. 

Les girafes disposent également d’un bâtiment intérieur, où elles sont rentrées le soir (et en journée lorsque les températures descendent en dessous des 10°C). Jamais ces deux mâles ne peuvent ni ne doivent être mis en contact. Lorsqu’ils sont enfermés, ils sont maintenus dans deux box séparés. Ces précautions, mais aussi le fait que cet isolement absolu fasse figure d’exception au zoo de Vincennes, m’ont poussé à interroger les raisons de ce confinement permanent, la façon dont il était justifié par le parc, et la perception que les visiteurs en avaient. 

Dans quelle mesure les discours et pratiques qui tendent à justifier l’isolement d’un mâle reproducteur, chez les girafes d’Afrique de l’Ouest, illustrent-ils le paradoxe de la captivité d’animaux « sauvages » en zoo ?

Mon analyse se basera sur le discours d’une soigneuse, venue présenter l’espèce au public du zoo, sur les discours des visiteurs, lorsqu’ils faisaient face à l’animal isolé, sur les panneaux explicatifs, ainsi que sur des observations du comportement des deux mâles. 

Illustration de l’encart explicatif, à gauche, et photo personnelle du mâle exposé, à droite.

Le mâle, dangereux spécimen

« À l’isolement ! 

Le mâle girafe est un peu trop entreprenant avec les femelles du groupe. Dès qu’elles sont en chaleur, tous les 15 jours, il se presse de les courtiser et n’hésite pas à écarter ses concurrents à coups… de cou. Pour limiter les incidents, on préfère l’isoler ».

Au zoo, des encarts sont disponibles devant les enclos. Ils ont un rôle éducatif (Servais, 1999) et apportent des informations aux visiteurs sur l’animal exposé. Le message retranscrit ci-dessus est celui du panneau positionné devant l’enclos du mâle. Il véhicule un certain discours, qui tend à faire du mâle le coupable de son enfermement. 

Curieusement, le vocabulaire utilisé pour définir son comportement appartient au champ lexical de la séduction humaine : il est qualifié d’« entreprenant »[2]  adjectif qui véhicule l’image d’un jeune homme montrant une certaine audace pour séduire ; tout comme il est dit de lui qu’il « courtise » avec empressement. 

Cette idée très anthropisée d’une girafe qui chercherait à fait la cour pose deux problèmes. D’abord, elle nie la réalité zoologique de l’espèce, et tend à désinformer le public en utilisant des métaphores simplistes. Ensuite, elle fait apparaitre un paradoxe : alors que les actions d’entreprendre et de courtiser sont connotées positivement chez l’humain, elles sont ici assimilées à un comportement néfaste qu’il faudrait réprimer. C’est ce qui est sous-entendu dès les premiers mots, par l’exclamation suivante « À l’isolement ! ». 

L’enfermement, et ses conséquences sur l’animal sont minimisés par le recours à un euphémisme trompeur : « limiter les incidents ». Littéralement, cela consisterait à prendre une part de risque. Or ici, les incidents ne sont pas limités, mais tout bonnement empêchés de façon certaine. Aucun contact (excepté lors de la reproduction) n’est permis entre le mâle et les femelles, ou entre deux mâles. 

Les propos sont accompagnés d’un dessin (voir photo) censé illustrer le mâle. On y voit un œil totalement humain, irréaliste, qui semble révulsé donc inquiétant, ce qui contraste avec le flegme apparent du mâle visible dans l’enclos.

On retrouve cette même idée d’un mâle « dangereux » dans le discours de la soigneuse[3], alors qu’elle interroge le public : « Et si je mets deux mâles ensemble avec les femelles dans les environs ? » Un homme adulte lui donne exactement la réponse qu’elle semble attendre de lui :« Ils vont se bagarrer ». « Ils vont se bagarrer pour les femelles, c’est exactement ça. Et est-ce que vous avez vu comment se bagarrent les girafes ? Est-ce qu’elles se bagarrent avec les dents ? Non, elles se bagarrent avec le cou. Il y a un nom pour cette petite bagarre : on appelle ça le necking. Alors ça parait bien moins impressionnant qu’une bagarre de lion, je vous l’accorde, mais ça reste très dangereux. Elles ont un cou de deux mètres, et elles ont une grande puissance. »

Le « necking » [4], auquel il est fait allusion sur l’encart explicatif et dans le discours de la soigneuse, est typique de la girafe. C’est un comportement social des mâles qui, lors de rencontres, se combattent en lançant leur tête sur leur adversaire dans un mouvement de balancier, pouvant être à l’origine de blessures.

Ce serait donc pour protéger les femelles d’un comportement harceleur, mais aussi pour protéger les mâles de leur propre dangerosité que ces spécimens seraient maintenus isolés. 

Plus tard, alors que notre discussion continue,[5] elle réitère cette justification « Mais avec les mâles, ça peut nous arriver de les mettre en contact, mais pas direct. Donc c’est à dire faire un rapprochement, mais jamais on ne les mettra en contact avec les femelles à côté. Sinon là, c’est la bagarre assurée. » Or le comportement de « necking », évoqué précédemment, n’est pas problématique en soi, puisqu’il est une expression de leur sociabilité. Ce qui est craint au zoo, c’est son exagération, ou la multiplication de son occurrence, en partie généré par la situation de captivité. 

D’une part, il semble que la présence d’un grand nombre de girafes femelles fertiles à proximité des mâles potentialise l’apparition de ce comportement. D’autre part l’impossibilité de conserver une distance interindividuelle suffisante[6] entre les mâles peut générer une agressivité qui deviendrait problématique.         

Et l’idée même d’exposer à la vue du public des animaux qui se battent voir un animal blessé à la suite d’un conflit semble inenvisageable dans la logique de l’institution.

@Dominique Mignard, Illustration du necking

Nous allons maintenant nous intéresser aux représentations et aux discours du public devant l’enclos pour comprendre ce que la vue de la girafe isolée stipule. 

Selon Mitchell, ce sont les enfants qui semblent les plus sensibilisés à la souffrance des animaux. Ils s’identifient aisément, et posent des questions. La réponse typique des parents, grands-parents, ou accompagnateurs face à l’inquiétude des enfants serait de minimiser ou normaliser la situation (Véronique Servais, 2012). 

Les observations que j’ai pu noter dans mon carnet de terrain confirment toutes ce même constat. Les enfants interrogent de façon systématique les raisons de l’isolement de l’animal avec des phrases du type : « Pourquoi elle est toute seule, celle-là ? » (Exemple d’un jeune garçon à sa mère). 

Pour parvenir à leur répondre, les stratégies employées par les adultes diffèrent. Dans un premier cas de figure, ils se contentent de lire la pancarte à voix haute, en reprenant les termes mot pour mot. Une autre approche, encore plus simple, consiste à répondre comme s’il s’agissait d’une évidence : « Parce que c’est un mâle. » (Exemple d’une mère à son enfant). Ce qui, dans la majorité des cas, semble convenir à l’enfant et met un terme à son questionnement. 

D’autres se risquent à une traduction infantilisante, qui doit leur paraitre plus adaptée à la compréhension de leur jeune auditeur : « Du coup, il est un peu trop énervé. Il veut faire copain-copain avec elle, donc il est tout seul » (Exemple d’une mère à son enfant) ou encore : « Il embête trop les filles, c’est normal » (mère à son enfant également). Une grand-mère prend même un parti accusateur : « C’est un obsédé sexuel ». Les termes utilisés diffèrent du discours du zoo : il ne s’agit plus de séduire les femelles, mais de les « embêter », d’être « trop énervé ».

S’opère alors un raisonnement très manichéen : puisque l’animal agit mal, incapable de résister à ses pulsions, et qu’il ne se comporte pas comme nos codes sociaux le voudraient, il doit être empêché. « C’est la punition ! », s’exclame une mère, « Il est en isolement. », rétorque une autre. 

D’autres visiteurs font fi du panneau, qu’ils ne semblent pas apercevoir, et s’avancent dans des déductions totalement improvisées pour tenter de justifier une situation qui ne va pas de soi : « Peut-être qu’elle attend des bébés »,propose une grand-mère, ce à quoi la mère rétorque « Oui, je crois que Mamie a raison, elle a un gros ventre. Elle attend des bébés ». Deux jeunes filles d’une quinzaine d’années à proximité se saisissent de cette explication pour s’exclamer « Ah, regarde ! Elle attend des bébés ». À un autre moment, ce sont deux amies qui, discutant, décident d’une justification tout autre : « Peut-être qu’elle est malade ? ».

Une fois seulement, un visiteur démontre de l’empathie pour la situation, dans le cadre d’un dialogue avec sa femme. Alors qu’elle lit la pancarte à voix haute, il lui répond : « Donc il est puni à cause des filles, en fait. C’est vraiment méchant les filles. » « Bon euh, à lui de maitriser ses instincts aussi, là oh ! » (Femme) – « Pauvre garçon … Toutes les deux semaines… ». Cette fois-ci, ce sont les femelles qui sont vues comme responsables. Jamais la captivité n’est en revanche mise en cause comme pouvant être à l’origine d’une situation qui force l’isolement du mâle. 

Ce type de jugement illustre bien le paradoxe des animaux présentés en zoo. L’animal sauvage vit dans un univers foncièrement différent du nôtre, ce qui est la cause de la fascination qu’il exerce. Son impulsivité, son potentiel dangereux sont des attributs qui justifient sa grande popularité. Mais lorsqu’il se trouve enfermé, on attend de lui qu’il se comporte différemment : c’est parce qu’il est incapable de résister à ses pulsions, parce qu’il pourrait se battre ou vouloir se reproduire librement qu’il est : « À l’isolement ! »

Reproducteur intermittent 

Ce manque d’empathie peut être expliqué de plusieurs manières. Véronique Servais avance une première explication de ce détachement apparent : le zoo fonctionnerait comme un dispositif culturel d’apprentissage de la distinction humaine. 

L’anthropomorphisme, qui est ici le maitre mot des raisonnements exposés, permettrait une mise en relation, mais aussi une mise à distance en offrant des interprétations faciles et peu crédibles qui dispensent de comprendre véritablement les animaux. L’empathie, source de tristesse (se mettre à la place d’un animal enfermé) est évité par l’absence de liens entre organisme et environnement. 

Une seconde explication peut être apportée : ce qui intéresse le public des zoos, c’est de voir l’animal en action ou en interaction. Ici, le mâle est seul, et la plupart du temps, il ne « fait rien » ce qui lasse très vite. Les visiteurs passent alors peu de temps devant son enclos, et ne mènent pas de véritable réflexion à la vue de l’animal enfermé. Ils constatent les faits, se saisissent de l’explication qui est donnée ou de leur propre interprétation, et continuent leur route. 

Il faut dire que le voisinage direct du mâle joue en sa défaveur. La supériorité numérique de l’enclos voisin au sien attire (pourquoi s’attarder sur une girafe quand on peut en voir onze autres interagir ?), le mélange des espèces intrigue (les girafes sont maintenues dans un enclos multi-espèce, avec notamment koudous et autruches), et la présence d’un girafon fini de convaincre les visiteurs de l’intérêt de cette zone. 

Rapidement après avoir fait le constat du mâle isolé, le dialogue se porte sur la présence de ces éléments : « T’as vu ? Y’en a plein d’autres à côté ! » (Exemple enfant à sa grand-mère) ; « Mais là-bas y’en a pleins ! » (Exemple d’un enfant à sa mère) ; « Venez voir ! Le bébé girafe ! » (Exemple d’un enfant à d’autres enfants). C’est d’ailleurs le même enchainement qui est mis en place dans le discours de la soigneuse. Après avoir abordé la problématique du mâle isolé, elle enchaine par la présence du petit : « Alors ici, je vous présente : regardez le petit Odja qui est juste devant vous. »

Les zoos coalisent bien cette réaction typique et intense des visiteurs face à un bébé animal (Servais, 1999). Konrad Lorenz, à ce propos, parle d’un « mécanisme de déclenchement inné », qui est une réaction de reconnaissance de traits infantiles communs aux êtres humains et autres espèces animales. Les zoos sont parfaitement conscients de cet attrait du public pour ces bébés animaux, et une étude de Jacksonville a démontré que la présence d’un jeune animal pouvait augmenter le pouvoir d’attraction d’une exhibition d’au moins 100% (Bitgood et al, 1986) 

Dans cette vague, une véritable campagne de promotion est faite lors de la naissance d’un animal « phare » (grand mammifère notamment) et ce fut le cas d’Odja, le girafon. Les premières heures de sa naissance ont été filmées et diffusées, des articles de presse ont stipulé sa venue au monde, et le public était invité à voter pour choisir le prénom qui lui serait attribué.

C’est là que le mâle entre en scène comme une nécessité. « Certains d’entre vous vont sûrement nous demander pourquoi on sépare nos mâles des femelles (…) Vous savez messieurs dames que chez certains animaux, il y a vraiment une période attitrée pour la reproduction. Et bien chez les girafes, c’est un tout petit peu plus compliqué, c’est juste que ces mesdames sont en chaleur toutes les deux semaines. Donc ça fait beaucoup, et pour éviter de se trouver surplombés de bien heureux évènements, ben du coup, on les sépare. Donc voilà, on ne met pas les mâles avec les femelles. On les met seulement quand on a une autorisation, sinon, on n’aurait pas assez de place pour accueillir tout le monde », nous dit la soigneuse. 

L’argumentaire évolue. Les bébés sont vus comme des « bienheureux évènements » permis par la mise en contact des mâles et femelles. Dans ces circonstances, le mâle n’est plus le coupable à isoler. On procède à la séparation des deux sexes pour une gestion des naissances raisonnée. La reproduction en captivité est strictement contrôlée, après des années d’hybridation douteuses, afin de s’assurer d’un patrimoine génétique le plus pur possible.

C’est à ce moment qu’un nouvel élément entre en scène. La montée des préoccupations écologistes d’une part et celles concernant l’éthique animale d’autre part, toutes deux croissantes depuis une vingtaine d’années, ont amené au rejet des zoos en tant que structures carcérales. Ces considérations ont poussé les responsables à changer de méthodes et de discours. 

De la fonction de divertissement, on passe à celle de conservation et reproduction, mettant en relief la destruction inexorable de richesses naturelles de la planète pour justifier l’existence de zoo comme des « conservatoires d’espèces en voie de disparition ». (Joulian et Abbeg, 2008). Les zoos se sont attribué une nouvelle identité d’acteurs engagés, allant jusqu’à être comparés à des « arches de Noé » (Bakaert et Houadfi, 2019), dotés de nouvelles potentialités à valeurs scientifiques, éducatives et écologiques. Ils entendent, à travers les campagnes de sensibilisation et les animations quotidiennes, contribuer à la mise en œuvre « d’un monde plus juste qui apprécie et préserve la nature » (Bakaert et Houadfi, 2019).

Mais s’il est vrai que cette logique de conservation a initialement été appuyée par des exemples de réintroductions réussies[7], elles relèvent parfois d’artefacts en terre étrangère dont la pérennité est loin d’être assurée (Joulian et Abbeg, 2008). 

Si l’on peut questionner l’intérêt de maintenir et multiplier une population captive d’espèces en danger qui sauvegarderait la faune sauvage artificiellement, on peut d’autant plus interroger le paradigme qui laisse penser qu’une nouvelle approche basée sur la mise en place d’environnements naturalistes et d’enrichissements comportementaux fabriquerait des animaux aptes à s’adapter à un environnement libre. 

Car bien qu’une certaine vision actuelle tende à simplifier les problématiques à l’aide de discours moralisateurs et catastrophistes, la réalité des milieux naturels et humains est cependant plus variée et complexe donc plus difficile à transmettre et administrer (Joulian et Abbeg, 2008). 

Quand bien même ces arguments seraient considérés positivement, on peut interroger la nécessité pour le zoo de détenir, de façon permanente, deux individus mâles maintenus à l’isolement. Les techniques de reproduction assistées, par exemple, sont un outil intéressant de diffusion du patrimoine génétique parce qu’il est devenu possible d’échanger de la semence à travers le monde. (Berthomieu, 2017). 

Procéder de la sorte résulte d’un choix politique de l’institution, dont la conséquence est de confiner sciemment deux animaux. Cette situation a pour conséquence une forte augmentation de l’apparition de comportements stéréotypés, qui traduisent un état de stress chez les mâles, induit par l’impossibilité d’entrer en contact avec leurs congénères. 

Les conséquences d’un isolement forcé 

Dans leur milieu naturel, les girafes vivent en groupe selon un système de fusion-fission[8]. Bien plus souvent seuls que les femelles, les mâles ont aussi des liens privilégiés avec d’autres mâles. Les liens sociaux sont donc importants pour ces animaux, et laisser un animal isolé risque de conduire au développement de comportements anormaux tels que faire les 100 pas[9] (Mc Millan, 2002). 

Ce comportement, qualifié de stéréotypie, est observé chez les deux mâles, tour à tour mis dans l’enclos du mâle. Les traces au sol, visibles témoignent d’une répétition régulière de ce comportement. En effet, le sol de l’enclos est très hétérogène.

Photo personnelle : vue sur l’enclos du mâle

Tout à droite, ainsi que sur la partie avant de l’enclos (dans une zone inaccessible), se trouve une partie herbeuse, qui doit être le substrat originel. Au centre de l’image est tracée une allée centrale, qui témoigne des allers-retours incessants de l’animal. La présence de ce sentier peut être expliquée par le fait qu’il s’agisse d’un itinéraire central pour l’animal, lui permettant de rejoindre la palissade d’entrée, situé à une extrémité et la zone de nourrissage, comprenant abreuvoir et mangeoire à foin. 

En revanche, on constate sur la gauche la présence d’une autre zone, elle aussi désherbée. Sa finalité n’est attestée par aucun but en soi : elle ne mène à rien, et se termine par une sorte de cercle qui pourrait être le lieu d’un demi-tour effectué par l’animal. Cette zone est marquée par de nombreuses traces de pas, et le sol y semble particulièrement meuble. 

L’observation des deux mâles permet d’affirmer cette hypothèse : tous deux empruntent ce second sentier, sans but apparent, puis effectuent une rotation, reviennent sur leurs pas, et recommencent à nouveau. Cette attitude est constatée lorsque l’animal est en attente : un repas est distribué dans l’enclos voisin, et il anticipe impatiemment d’être servi. Mais elle apparait également à d’autres moments, sans qu’aucun évènement significatif n’y soit corrélé. 

Aussi, on constate devant la palissade la présence de flaques d’eau logées dans des cavités au sol. À nouveau, l’observation permet d’interpréter leur présence : le mâle n°1, observé durant deux journées consécutives, y effectue un autre type de stéréotypie : il se balance d’un antérieur à l’autre, maintient entre une et dix secondes l’antérieur dans le vide, à faible hauteur, grattant parfois le sol, parfois le vide, puis le repose et soulève l’antérieur alors au sol pour effectuer la même action. Lorsqu’il effectue ce comportement, il est toujours figé face à la palissade. 

Le second mâle, quant à lui, effectue un troisième type de comportement stéréotypé : il effectue des rotations de la tête à intervalle régulier. Ce comportement est inexistant dans l’éthogramme de l’espèce. 

Ces mâles, présentés tour à tour, semblent être l’illustration parfaite de ce que Garry Marvin (2008) qualifie d’animal « liminal », dont le statut oscillerait entre l’animal « sauvage » et l’animal « domestique », ces deux catégories étant ici pensées comme construites en opposition. 

Si l’animal de zoo conserve la morphologie physique de l’animal « sauvage » qu’il est censé représenter, le respect du caractère « sauvage », qui correspond aux normes comportementales de l’espèce, semble bien plus problématique et limité. L’animal « sauvage », d’après son raisonnement, prend la fuite lorsque l’humain s’en approche, et est d’une certaine façon libre de sa vie et de ses mouvements. 

Ici, ni sa reproduction, ni sa nourriture, ni même ses relations sociales ne sont de son ressort. Ces animaux ne peuvent donc être pensés comme « sauvages », puisqu’ils sont gardés en captivité, nés et élevés au zoo de parents nés et élevés au zoo. « Il est à la fois ici (présent), d’ici (il vit au zoo et n’en sortira probablement jamais) mais il est également là-bas (distant, absent, seulement imaginé), sa vie est rattachée à un ailleurs. Il doit représenter son homologue sauvage tout en restant l’individu qu’il est. En ce sens, il s’agit d’un animal acteur, jouant le rôle d’un animal sauvage qui n’est pas présent, ou qui est présent ailleurs uniquement » (Marvin, 2008).

Le discours sur la vie de la faune sauvage parait voué à rester une fiction et l’existence de ces animaux de zoo se limiterait à satisfaire les besoins humains : c’est la contrepartie des soins qui leur sont apportés. En ce sens, ils ont beaucoup à voir avec les animaux domestiques, leur raison d’être étant dictée par le commerce des hommes (Marvin, 2008). Notre mâle girafe, reproducteur intermittent, piètre acteur de son espèce, se caractérise comme l’animal liminal par excellence. C’est parce qu’il est mâle qu’il est montré en tant que tel. C’est pour ces mêmes raisons qu’il est maintenu à l’écart du reste du groupe. 

Le zoo de Vincennes apparait comme un lieu de spectacle (Anderson 1995, Berger 1980, Davis 1997, Malamud 1998, Mullan & Marvin 1998), une mise en scène du monde animal rendue possible par le biais d’une architecture flambant neuve savamment pensée[1]. Les enclos, l’existence de coulisses, et le bâtiment intérieur définissent les contacts entre les animaux, mais aussi la façon dont ils sont montrés ou cachés aux visiteurs.

Le zoo est aussi  un lieu de définition : il organise la rencontre entre humains et animaux, dont la lecture est largement déterminée par le discours culturel dans lequel il s’insère. Le mâle girafe est dangereux. 

Enfin, le zoo est un lieu de pouvoir, où s’exprime la capacité de l’homme à dominer les bêtes féroces (Estebanez, 2008). Puisque le mâle est dangereux, alors nous allons l’isoler. 

Le zoo agit donc comme un « dispositif spatial », qui définit un certain type de relation homme-animal en son sein. Notre mâle reproducteur, maintenu seul dans un enclos naturaliste a minima, rappelle finalement l’entreprise de sémiotisation des objets vivants, comme Foucault a pu le décrire. 

Ces éléments semblent contredire les aspirations modernes et les justifications éthiques des zoos actuels.


[1] Ce terme désignera tout le long l’un des deux enclos dans lequel les mâles sont maintenus séparés. Il s’agit de celui qui est visible par le public. Tout comme le terme « le mâle » désigne les deux mâles, présentés tour à tour comme unique individu. 

[2] Défini par le CNRTL : qui est actif, qui fait preuve de dynamisme, d’audace

[3] Ces propos ont été enregistrés à l’aide d’un dictaphone, puis retranscrits dans leur intégralité. Il s’agit d’une présentation publique qu’elle effectue devant l’enclos des girafes. 

[4] Répertorié sur l’éthogramme de l’espèce. À l’état naturel, il représente 6% des interactions sociales. Il est donc est relativement fréquent.

[5] Notre discussion se poursuit en aparté, avec quelques étudiants de Nanterre. 

[6] La densité, dans leur habitat naturel est de 0,1 à 3,4 individus / km2 (EAZA Girafe EEPs, 2006)

[7]L’exemple du  Bison d’Europe est souvent utilisé pour illustrer ces « modèles » de réintroduction. Il  disparait de France au VIIe, et le dernier s’éteint en Pologne en 1919. Les seuls survivants sont 54 individus, maintenus en zoo en 1923. Ils permirent de sauver l’espèce et de la réintroduire dans la réserve forestière polonaise de Bialowieza.

[8]Terme utilisé pour décrire un groupe dont la taille et la composition changent avec le temps et les déplacements des individus. Les animaux se regroupent par exemple pour dormir et se séparent pour trouver de la nourriture

[9]En effet, les principales explications de la stéréotypie des 100 pas sont l’anticipation chez les animaux qui sont nourris une fois à l’intérieur du bâtiment et la séparation sociale (Berthomieu, 2017). Étant nourris à l’intérieur du bâtiment, on peut donc éliminer cette option. Il reste la séparation comme justification de ce comportement observé chez les deux mâles.

[10]Le Zoo de Vincennes a fermé ses portes en 2008 pour rénovation. Après près de six années de fermeture (dont 27 mois de travaux), le Parc a réouvert ses portes en avril 2014


Bibliographie 

  • ABEGG Christophe, JOULIAN Frédéric, « Zoo et cause Animale, Perspectives éthologiques et anthropologiques »,Techniques & Culture, Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, 2008/2, vol 50 p120-143
  • BARATAY Eric « « Ramenez-les vivants ! » : de la savane au zoo », Chemins d’étoiles, Transboréal, 2006 p. 82-89
  • BARATAY Eric, « La visite au zoo : regards sur l’animal sauvage captif, 1793-1950 », Stéphane Frioux, Émilie Pépy. L’animal sauvage entre nuisance et patrimoine, ENS Lyon, 2009, p.165-175
  • BEKAERT Déborah, HOUADFI Saïda, « Visiteurs et personnels de zoos urbains : une approche sociogéographique des liens entre conception de la nature et actions », Nouvelles perspectives en sciences sociales, 2019/2, vol.14 
  • BERTHOMIEU Laurie, Contribution à l’étude du bien-être des girafes en captivité. Thèse d’exercice, Médecine vétérinaire, École Nationale Vétérinaire de Toulouse – ENVT, 2017, 182 p.
  • GARY Marvin, « L’animal de zoo, Un rôle entre sauvage et domestique », Techniques & Culture, Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, 2008/2, vol 50 p 102-119 
  • ESTEBANEZ Jean, « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal », l’Espace géographique,2012/2 Vol 39, p172 à 179
  • KLEIMAN Devra G, Wild mammals in captivity: principles and techniques, University of Chicago Press, 1997 639 p. 
  • LE MAREC Joëlle, « Les pratiques de visite au zoo, S’inspirer du public pour une réflexion contemporaine sur les rapports aux savoirs », Questions de communication, 2017/2, n°32 p 75 à 104
  • SERVAIS Véronique, « Zoos, éducation et malentendus, Essai d’anthropologie des émotions du visiteur de zoo »,Cahiers d’Éthologie, 1999/1 vol.19 
  • SERVAIS Véronique, « La visite au zoo et l’apprentissage de la distinction humaine », Revue d’Anthropologie des connaissances, 2012/3 (Vol.6, n°3) p. 625 à 652


2 réponses sur “Le paradoxe du mâle reproducteur chez les girafes d’Afrique de l’Ouest”

  1. Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.